Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Reportage / Mini Panamericana – Jour 5 – Rallier Ushuaïa ou la fin du monde

Nous l’avons atteinte la ville la plus australe du monde : Ushuaïa en Terre de Feu. Notre Mini Countryman hybride a avalé les près de 3500 km du dernier tronçon sans sourciller.

Sommaire :

Il nous aura donc fallu 5 jours pour parcourir les 3366 km qui séparent Santigo du Chili et Ushuaïa, la ville la plus australe de la planète. On peut dire que le parcours a été plus que varier, nous menant tantôt dans les plaines agricoles, tantôt dans la chaînes des Andes pour aboutir en Patagonie et parcourir celle-ci jusqu’à son point le plus extrême au Sud, cette fameuse ville d’Ushuaïa. Ce qu’on vous raconte est presque vrai dans le sens où dans cette partie du monde, il existe encore quelques traces de civilisation plus au sud, au Chili et non en Argentine comme à Puerto Navarino ou à Cabo de Hornos, mais ces refuges n’ont simplement pas le statut de ville – Ushuaïa compte, elle, 55.000 habitants.

Terre de contrastes

En quittant Rio Gellogos, on pensait que les plaines arides qui nous accompagnaient depuis près de 600 km allaient continuer sans fin. Pas de tout. Une nouvelle fois, la planète nous a surpris et nous a offert un spectacle des plus magistraux. Car après avoir pris le ferry pour rejoindre cette île qu’est la Terre de Feu – qui doit son nom à l’explorateur espagnol Magellan qui voyait depuis l’océan les nombreux feux allumés par les autochtones amérindiens –, la végétation a subitement changée, les reliefs se sont épaissis, les lacs creusés et les montagnes sont sorties de terre. Plus étonnant, alors que les températures et les vents sont loin d’être cléments, on a aussi vu le retour des forêts, des futées qui rappellent celles du film les Seigneurs des Anneaux, avec des arbres qu’on croirait morts et tellement tordus par le vent que leur exploitation est totalement illusoire.

Terre (de feu) en vue

En poursuivant notre périple, les grandes plaines de la Terre de Feu deviennent soudainement des montagnes aux sommets recouverts d’un épais manteau neigeux. On grimpe, passe un ou deux cols pour se faufiler ensuite au creux d’une vallée qui débouche enfin sur le clou de notre périple : Ushuaïa. La structure même de la ville rappelle les conditions de vie de l’endroit et on a nettement l’impression de se retrouver dans un de ces villages inuits parsemés de baraquements en tôle. Mais la ville est grande et elle constitue évidemment un centre maritime commercial d’importance comme un pôle touristique puisqu’il s’agit de la porte d’entrée vers l’Antarctique. Eté comme hiver, il y règne une température moyenne de 0° tandis que la nuit il n’a jamais fait moins de -15°, une température qui semble clémente, mais qui est plus difficile à supporter qu’on ne le croit compte tenu des vents violents et du taux élevé d’humidité. Pas étonnant que la route qui mène ici se nomme « la Ruta del fin del Mondo ». Cette route aura été une incroyable découverte et d’une richesse naturelle incommensurable. Les 3 Countryman de cette expéditions n’auront jamais faibli quelle que soit l’altitude, la température ou l’état de la route. Hors, elles auraient pu trébucher tant les pièges tendus étaient nombreux. Et ne pensez pas qu’elles avaient été préparées pour l’occasion. Une monte hiver, un fixe au toit avec une roue de réserve et quelques bidons d’essence et l’affaire était faite. Pour revenir à nos moutons, la belle expérience automobile vient justement des capacités de ces SUV qu’on pense taillés pour les bordures et les casse-vitesse de nos villes. Et là aussi, on répond par la négative : ces engins sont étudiés et taillés pour l’aventure. Alors, sortez des parkings des centres commerciaux, quittez les boulevards embouteillés et profitez. Partez à l’aventure car ces voitures sont toujours de ces expéditions, qu’elles soient petites ou grandes comme celle que nous venons de vivre !

Suivez notre périple sur les réseaux sociaux :

Page Instragram du Moniteur Automobile

Page Facebook Moniteur Automobile

Page Instagram de Mini

Mini Panamericana - tout notre reportage

Episode 1 - Santiago - Tremuco

Episode 2 - Tremuco - San Carlos de Bariloche

Episode 3 – San Carlos de Bariloche - Comodoro Rivadavia

Episode 4 – Comodoro Rivadavia - Rio Gallegos

Dans cet article : MINI, MINI Countryman

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.