Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Essai comparatif / BMW 520d vs. Mercedes E 220 d: Recettes de grand-mère

Rédigé par Steven Appelmans le

Dans la longue tradition des grandes routières premium, nous opposons les deux icônes allemandes du genre, la BMW Série 5 et la Mercedes Classe E, dans leur ultime évolution. Et bien évidemment, en Diesel 4-cylindres. Rétrogrades, nous?

Pourquoi est-ce que les recettes de nos grands-mères – fussent-elles encore de ce monde, ou pas – ont plus de saveur que les nôtres? Mystère, car une recette est une recette, une suite d’étapes à accomplir sans grandes complications. Pourtant, il y a bien une différence fondamentale, qui fait tout: l’expérience et le savoir. Les bons ingrédients, le bon timing, la bonne température, la bonne dose de sel. Et puis avec le temps, on sait ce qui marche ou pas, et il est des choses qu’il n’est point besoin de changer. Vous aurez saisi le lien avec nos bonnes vieilles BMW 520d et Mercedes E 220 d. On n’a sans doute jamais rien inventé de mieux en matière de routières sobres et infatigables. Ces classiques respectent le même cahier des charges depuis des lustres, enrichi de quelques améliorations d’une génération à l’autre. Bien sûr, depuis des décennies, Le Moniteur Automobile oppose ces deux piliers de l’histoire automobile allemande. Parfois c’est Munich qui nous régale le plus; parfois c’est plutôt Stuttgart qui nous surprend. Décréter dans l’absolu que l’une est meilleure que l’autre n’a jamais eu de sens, parce qu’elles sont proches et remettent à chaque fois ce titre en jeu. Aujourd’hui, nous respectons cette tradition en réunissant la huitième génération de la Série 5 («G60») et, selon le point de vue historique de la gamme, la sixième ou la dixième génération de la Classe E («W214»). Et rien de plus évident, pour dénominateur commun, qu’un Diesel 2 litres, pas trop puissant sous le capot. Comment ça, ce n’est plus dans l’air du temps? Mais qui a dit que nous étions obligés de rouler à l’électricité?  

Dans cet article : ,

Journaliste AutoGids/AutoWereld

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS?
Posez-les sur notre AutoForum

Vers AutoForum

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une