Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Range Rover Evoque : Le luxe sur 4,37 m !

L’Evoque a immédiatement marqué sa différence dans le segment des SUV compacts, à tel point que son succès n’a jamais faibli. Dès lors pourquoi changer de formule ? L’Evoque nous revient pourtant encore plus exclusif et luxueux. Il suffit d’y mettre le prix…

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

SUV DAYS les 11 et 12 mai 2019

Venez découvrir gratuitement, en présence de nos journalistes, plus de 30 SUV

En savoir plus >>

Le concept

Le luxe se veut plus affirmé, mais la configuration conserve cette horizontalité renforçant la notion d’espace et de zénitude. Nous n’échapperons pas à la modernité avec, comme pour le Velar, pas moins de trois écrans suivant les niveaux d’équipement ou d’options : deux panneaux tactiles de 10 pouces, l’un pour l’infodivertissement, l’autre pour diverses commandes (climatisation, modes de conduite, fonctions tout-terrain…), complétés d’un combiné instruments de 12,3’’ face au conducteur, avec ici la possibilité de varier les affichages, des classiques cadrans ronds à la carte « full screen ».

Sous sa robe fort proche de son prédécesseur, le nouvel Evoque hérite pourtant d’une plateforme entièrement nouvelle, baptisée PTA pour « Premium Transverse Architecture » : seules les charnières de porte ont été reconduites ! Cette architecture, appelée à se décliner sur de futurs produits du groupe, mêle divers types d’acier à haute élasticité à l’aluminium, et permet de placer les batteries du système hybride sous le plancher du véhicule.

Ce qui change

Hormis le modèle d’appel Td4 150ch à deux roues motrices, tous les Evoque reçoivent le soutien d’une hybridation légère MHEV 48 volts, en attendant les prochaines motorisations hybrides rechargeables PHEV à trois cylindres, prévues dans l’année qui vient. En attendant les nouveaux 3 cylindres, nous avons le choix entre deux moteurs quatre cylindres 2.0  Ingenium bien connus, l’un Diesel, l’autre à essence. Le Diesel est proposé en 150, 180 et 240 ch, le « Petrol » en 200, 250 et 300 ch. Tous, hormis pour le modèle de base à deux roues motrices, sont accolés à la boîte automatique ZF à neuf rapports.

Les trains roulants ont été peaufinés pour un comportement plus précis et un meilleur confort, avec (en option) l’apport d’une suspension active qui adapte en continu l’amortissement en fonction de l’état du revêtement. Autre source de progrès, la transmission active gérant automatiquement le passage de deux roues motrices (le train avant) à la transmission intégrale, variable suivant les conditions d’adhérence, la nouvelle boîte de transfert permettant, en deux roues motrices, de désaccoupler de nombreux éléments en mouvement. Plus intéressant encore, le différentiel arrière applique plus de couple à la roue extérieure au virage, afin de favoriser l’agilité. L’Evoque hérite par ailleurs de ses grands frères du « Terrain Response 2 » pour briller mieux que ses concurrents hors bitume.

Comment ça roule

Dans la pratique, nous prenons connaissance avec l’Evoque dans une version Diesel 240 ch richement nantie en équipements divers, tels la suspension adaptative, les jantes de 21’’ montées en profil 45 et une foule d’équipements de série ou en option suivant l’élément et la dotation, comme le tableau de bord virtuel ou encore le rétroviseur intérieur à écran HD. Pas de miracle, la sophistication technologique se paie cash sur la balance, avec un poids minimum de 1.955 kg pour la finition de base !

Les 240 ch font à peu près illusion mais peinent malgré tout à briller en agrément pour mouvoir une telle masse, bien mal aidés par une boîte à neuf rapports qui n’arrive décidément pas à convaincre en conduite dynamique, malgré ses évolutions. Lente à réagir, maladroite dans le passage de ses trop nombreux rapports, elle rétrograde sans finesse, lançant le Diesel dans les hauts régimes, ambiance sonore peu glorieuse à la clé, que la bonne insonorisation peine à maintenir à un niveau acceptable. Rien à dire en revanche à vitesse constante sur autoroute. La suspension adaptative ne convainc guère non plus. Certes, malgré son poids, l’Evoque se montre plutôt vif et amusant à mener, avec un comportement n’appelant pas de reproche. Mais la différence de ressenti entre un mode sport ou un mode confort ne varie que peu. Les jantes de 21’’ et les pneus à profil de 45 se paient en outre cash en confort : certainement pas le choix le plus éclairé en termes d’agrément !

La vie à bord ne manque pas d’attraits, avec un cockpit original et soigné. De nombreux matériaux inédits réchauffent l’ambiance et escamotent quelques plastiques encore peu raffinés. La multitude d’écrans ne manque de prime abord pas d’attraits, mais leur manipulation s’avère vite fastidieuse : réactions lentes, absence de retour haptique, intuitivité de l’ergonomie relative, petits bugs inexplicables : le progrès peine parfois à convaincre, tout comme cette fausse bonne idée du rétroviseur intérieur pouvant basculer du miroir classique (encore heureux !) à l’écran projetant une vue de caméra.

Notre Evoque à essence de 250 ch se montre plus convaincant. Si la boîte auto ne fait pas mieux, le bruit du moteur, toujours envahissant, se montre plus acceptable aux oreilles. La suspension classique prouve à suffisance qu’il n’est nul besoin de céder à la sophistication électronique pour obtenir d’excellents résultats. Meilleur confort, comportement plus vif et plus amusant : on ne voit pas la plus-value qu’apporte la suspension dynamique, alors que la transmission aux quatre roues à la demande, parfaitement transparente dans ses interventions, assure un comportement précis et sûr.

Budget

Première application du concept de capot transparent présenté sur le concept Discovery Vision, le « ClearSight Ground View exploite les images de la caméra avant et des rétroviseurs extérieurs pour afficher ce qui se passe à l’avant et sur les flancs de l’Evoque dans une vue virtuelle à 180° De quoi faciliter une progression en tout-terrain rendue possible par l’apport du Terrain Response 2 offrant le choix entre quatre modes de conduite (Boue et ornières, Herbe-gravier-neige, Sable, Confort), mais aussi un nouveau mode « Auto » qui laissant l’Evoque décider du mode le plus adapté et de gérer automatiquement la distribution du couple suivant les conditions rencontrées.

Notre verdict

Séduisant l’Evoque était, encore plus séduisant l’Evoque est aujourd’hui ! Il a gardé sa formidable gueule d’amour tout en raffinant ses traits, il offre à ses passagers un cocon original et sophistiqué, propose un comportement routier tout-à fait convaincant sans même l’artifice de la suspension active. Sa richesse d’équipement n’aura pour limite que la somme que vous serez prêt à débourser (sachez qu’elle sera exigeante !). Les plus audacieux pourront même briller en tout-terrain, blason Land Rover oblige… Dommage pour le poids et cette boîte auto, décidément décevante en conduite dynamique.

  • Le style, tant extérieur qu’intérieur
  • Le comportement routier convaincant
  • Le luxe au format compact
  • Boîte automatique décevante
  • Poids important
  • Ergonomie perfectible (écrans)

Rédigé par le