Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur la mobilité "verte" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Fiat 500X Firefly Turbo 150 DCT : Une bonne surprise

La 500X étrenne un 1300 turbocompressé de 150 ch. Un moteur très doux, destiné davantage à une conduite détendue qu’à l’exploration des limites. Et c’est très bien ainsi.

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

La 500X, tout le monde connaît à présent. Hérésie esthétique pour certains, génie du polymorphisme de la 500 pour d’autres, elle a bien sa place dans la gamme et dans l’époque. Globalement confortable et agréable à conduire, elle manquait jusqu’ici d’un moteur économique qui lui aille comme un gant. Le voici, il semble créé pour elle. Ses 150 ch tout en douceur rendent la 500X extrêmement agréable à conduire. Presque un sans-faute sur ce point.

Combler un trou dans la gamme

Entre le 1.6 « atmo » et le 1.0 turbo, il y avait un trou, en matière tant de tarif que de performances. Ce 1.3 vient le combler avec ses 150 ch, qui en font un régal d’onctuosité capable, à l’occasion, de faire parler la poudre. Mais sa vocation n’est pas là. Onctueux à bas et moyen régimes, pas vraiment obsédé par l’essorage du compte-tours, il est associé à une boîte DCT robotisée à 6 rapports certes pas exempte d’à-coups ni d’hésitations, mais c’est nettement moins sensible qu’avec le 1.6 MultiJet ! De surcroît, il est très bien insonorisé : on ne l’entend vraiment que si on le sollicite à haut régime. Pas vraiment musical, et en tout cas contre-productif : ici, le style coulé est l’idéal.

C’est d’ailleurs le seul moyen de consommer relativement peu, surtout eu égard au poids : notre essai, sur le mode calme et anticipatif, s’est clôturé sur un fort joli 7,2 l/100 km selon l’ordinateur de bord. Admettons 7,7 dans la réalité. En acceptant de se surveiller sans cesse, les 7,5 sont accessibles.

Pour le reste, cette 500X demeure agréable à vivre, plutôt bien finie, habitable et dotée d’un coffre correct et d’un équipement généreux.

Notre verdict

Dans la Fiat 500X, le 1,3 litre de 150 ch constitue peut-être le meilleur compagnon de route, agréable en toutes circonstances et étonnamment sobre en conduite détendue. Mais gare au pied droit, comme toujours avec les petits moteurs turbocompressés !

Essais liés

Dans cet article : Fiat, Fiat 500X

Rédigé par le