Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur les voitures "vertes" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Mazda 6 - Surclassement

Depuis 2012, de lifting en mises à jour, la Mazda 6 n’a jamais manqué une occasion de progresser vers l’univers premium. Rebelote en 2018.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

Par cette 3e – et profonde - vague de perfectionnement, Mazda montre sa volonté de ne pas laisser sa 6 sur une voie de garage. Pourtant, dans le segment D, sauf exception, chez les généralistes l’heure est plutôt à la résignation accélérée par le succès du SUV. Chez Mazda on peut être fort content du succès des SUV et estimer cependant qu’il subsistera encore un certain temps des partisans de grandes berlines et breaks qui méritent donc les mêmes égards qu’à bord d’un CX-5. 

Ce qui change 

Respectant les codes actuels, la face avant gagne en présence par une grille de calandre un peu plus béante et basse et des phares à diodes plus expressifs. C’est à peu près tout. La transition est plus franche à bord avec une très agréable nouvelle planche de bord, tout en horizontalité  et éclatante de sobriété. Les sièges adoptent des coussins plus larges et épais, ainsi qu’un efficace système de climatisation. Niveau connectivité, un nouvel écran de 8 pouces trône au milieu de cette planche de bord et le dispositif MZD Connect intègre Apple CarPlay et AndroidAuto. En résumé, Mazda réunit tout ce qui pouvait l’être pour confirmer sa volonté de tenir tête aux références premium. 

L’inventaire des améliorations (impossible à détailler ici) concernant les moteurs vise à limiter les frictions internes, maîtriser la température idéale de fonctionnement, assurer plus de souplesse et, surtout, museler les consommations. Cela passe par exemple par l’adoption d’un nouveau turbo à deux étages et des soupapes d’échappement à tige remplie de sodium et à l’intégration d’un réducteur de Nox de type AdBlue dans le cas du 2.2 Diesel (disponibles en 150 et 184 ch). Tous les propulseurs sont en ordre d’homologation WLTP et sont labellisés Euro 6 temp. De bons élèves, certes, mais fiscalement ce n’est pour autant toujours pas le paradis.  

Comment ça roule ? 

Au niveau du châssis, Mazda ne court pas (plus) après le sacro-saint dynamisme allemand. Les ingénieurs ont posé l’accent partout où ils pouvaient gagner en maîtrise des mouvements de caisse. La direction évolue aussi vers plus d’efficacité. Sur la route on retrouve une 6 plus impériale que jamais, tellement évidente et efficace dans sa façon d’enquiller les kilomètres sans fausses notes qu’on en oublierait le manque de couple des moulins à essence. Les conducteurs nerveux pesteront face au manque de punch, mais les plus posés et revenus des sensations fortes se feront très facilement à son tempérament doux, le plus agréable étant sans doute le 2.0 SkyActig-G de 165/163 ch avec lequel nous avons signé une consommation de 8,7 l/100 km sans nous priver. L’onctueux 2.2 Diesel passé de 175 à 184 ch séduit, lui, par des relances nettement plus soutenues et met en avant l’excellent tandem qu’il forme avec la boîte automatique à 6 rapports. 

Notre verdict 

Deux niveaux d’équipement SkyDrive et SkyCruise avec, entre les deux, l’intermédiaire Privilège Edition composent la gamme qui, grosso modo voit ses tarifs augmenter de 2000-2500 €, mais justifiés par l’enrichissement de l’équipement de série, toujours très complet, et de nouveaux éléments appréciables. Et le break ne coûte toujours pas un euro de plus.

Dans cet article : Mazda, Mazda Mazda6

Rédigé par le