Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais blog / Que pensez-vous de la BMW Active Tourer en mode sportif 223i ?

Rédigé par Steven Appelmans le

En contre-pied de la mode dominante des SUV, BMW a sculpté une toute nouvelle Série 2 Active Tourer. Steven Appelmans, journaliste au Moniteur Automobile, se demande si les Allemands auraient vraiment dû se donner tout ce mal.

Review BMW 223i Active Tourer
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Quand le Pays de Galles joue contre la France, j'encourage les Gallois instantanément. En effet, depuis que David a fait mordre la poussière à Goliath, l'outsider bénéficie d'une plus grande sympathie. Bien que je n'exclue pas la possibilité qu'une certaine rancœur non résolue après la fameuse demi-finale de Coupe du monde puisse également jouer un rôle dans cette situation.

Juste pour dire que je ne suis pas nécessairement le courant. Et apparemment, il en va de même pour BMW. À une époque où tout le monde opte pour un SUV, ils veulent encore proposer un monospace traditionnel. Surtout s'il est doté d'un badge "Active Tourer". Après tout, dans un passé pas si lointain, il s'agissait du modèle le plus décrié de la gamme, car il avait introduit la traction chez BMW. Une chose que je peux vous dire dès maintenant : en 2022, ce ne sera plus un problème.

Sympa

Je me plaindrai plus tard, d'abord les commentaires positifs. D'ailleurs, ils peuvent être rassurés à Munich, la liste des compliments est considérablement plus longue. Commençons par la finition de la BMW 2 Active Tourer, qui est d'un niveau stupéfiant. Il est vrai que l'importateur belge s'est donné beaucoup de mal pour ajouter les bonnes options à ce véhicule d'essai. L'édition Luxury a donc fait honneur à son titre. La version de base perdra donc probablement une partie de ses avantages, même si, pour des raisons de commodité, je suppose que les incrustations et plastiques utilisés donneront aussi une impression de « haut de gamme ».

Dans le sillage de la i4 électrique et de la iX également électrique, la BMW 2 Active Tourer reçoit également le nouveau système d'exploitation multimédia 8. Je lève les deux pouces vers le haut principalement pour le nouvel écran qui s'étend maintenant sur la moitié du tableau de bord. Il s'agit d'un ensemble de deux écrans TFT de respectivement 10,25 et 10,7 pouces.

Lors d'un premier essai de la BMW 2 Active Tourer, on a regretté que le plus grand des deux, qui est tactile, ne dispose pas du grand bouton rotatif iDrive pour être utilisé de manière vraiment irréprochable. Un avis que je ne partage pas vraiment, principalement parce qu'en raison du siège plus droit et de la disposition tournée vers le conducteur, on est toujours assez proche de l'écran. Et on peut donc le manipuler assez facilement. Toutefois, j'aurais gardé les boutons physiques pour le contrôle de la climatisation. Ils permettent de régler la température un peu plus facilement.

Passons maintenant à l’aspect pratique de la BMW 2 Active Tourer. Les compartiments de rangement dans le tunnel central ont droit aux éloges. La meilleure partie est le chargeur à induction intégré presque verticalement pour maintenir votre téléphone en place au moyen d'une sorte de clip. Ingénieux, non seulement parce qu'il permet d'éviter que votre téléphone portable ne se déplace inutilement, mais aussi parce qu'il laisse plus de place pour l'espace de rangement mentionné plus haut.

Tout cela rend la vie à bord de l'Active Tourer encore plus agréable. Les paramètres de base - une banquette arrière spacieuse et coulissante en option, un coffre pratique et un espace pour trois passagers à l'arrière - n'ont pas changé. Ce à quoi, compte tenu des dimensions presque inchangées, je ne m'attendais pas.

BMW a affirmé avoir travaillé sur la dynamique de conduite. Cependant, comme je trouvais déjà l'Active Tourer précédente assez agréable à conduire, je n'ai pas vu immédiatement de valeur ajoutée. Cependant, cela n'enlève rien au fait que je peux confirmer que cette série 2 familiale est effectivement plus souple dans les virages. De ce point de vue, je recommande la 223i. Le moteur 2 litres à quatre cylindres délivre une puissance de 218 ch permettant d'atteindre 100 km/h en 7 secondes. Un moteur électrique intégré à la boîte de vitesses robotisée à sept rapports - qui fait de la 223i une hybride douce - lisse autant que possible les changements de vitesse. Ce qui lui donne des coups de reins particulièrement linéaires.

Autre atout : le turbo essence ronronne agréablement dans les tours, tandis que, grâce ou non à son assistance électrique, il sait aussi garder ses bonnes manières à la pompe. Après une semaine d'essais, parfois à un rythme endiablé, j'ai enregistré 7,4 litres aux 100 kilomètres. Rien d'exceptionnel, mais rien de mauvais non plus.

Review BMW 223i

Dommage

L'inconvénient, c'est qu'à cause de cette transmission, la 223i peut parfois brutaliser. En particulier lors d'une accélération soudaine, la BMW perd un peu de sa sensibilité. On peut supposer que c'est moins le cas avec les moteurs à essence plus prudents (218i et 220i), qui semblent donc mieux adaptés à cette Active Tourer. Avec des réserves, j'ajouterais aussi les hybrides rechargeables (225e et 230e), mais il faudra attendre la fin de l'année 2022 pour avoir un verdict définitif.

Derrière le volant, oui, c'est plus dynamique. Mais apparemment, cela ne pouvait se faire sans rendre l'Active Tourer beaucoup plus rigide. Les irrégularités sont clairement ressenties. Pourtant cette voiture d'essai était équipée des amortisseurs adaptatifs en option (et ceux-ci fonctionnaient presque toujours en position Confort). Attention, cela ne devient jamais inconfortable, même si j'ai pensé à plusieurs reprises que l'amortissement aurait pu être un peu plus souple. C'est un monospace, non ?

Quelque chose que BMW a cependant appliqué à ses freins. Ils ne sont pas du tout intuitifs. Lors d'un coup de pied prudent, il ne se passe pas grand-chose - à moins qu'il ne s'agisse de la récupération de l'énergie de freinage. Il n'y a pas de décélération, ce qui signifie qu'instinctivement, on appuie un peu plus fermement sur la pédale de gauche et, soudain, la 223i Active Tourer freine beaucoup trop fort.

Plus étrange encore : la commande de distance du régulateur de vitesse adaptatif, que l'on trouve traditionnellement sur ou autour du volant, brille ici par son absence. À moins qu'il n'y ait un raccourci quelque part qui m'aurait échappé (ce qui signifie surtout que BMW l'a très bien caché), vous devez effectuer ces réglages via l'écran tactile. S'ils cherchent une solution à Munich : il suffit de remplacer le bouton des MyModes complètement inutiles sur le tunnel central par une molette de défilement pour le contrôle de la distance.

S'il y a encore de la place : un bouton physique pour activer l'assistant de stationnement n'est pas non plus un luxe superflu. À moins que je n'aie oublié le raccourci ici aussi. C'est le prix qu'exige le design élégant, mais minimaliste, de l'intérieur. Nous concluons avec les IconicSounds. Un truc tendance. En l’activant, le ronronnement du moteur est amplifié par les haut-parleurs. Quelque chose qui pourrait être accrocheur pour un jeune d'une vingtaine d'années, bien que cela ne me semble pas être le groupe cible principal du modèle. Et encore : les sonorités du 2 litres n'ont pas l'air si bien que ça.

Review BMW 223i

Et donc ?

Avec cette deuxième génération, BMW a encore souligné les points forts du concept Active Tourer et l'a complété par un cachet inédit pour ce type de voiture familiale (surtout avec les options ad hoc).

Les Allemands ont également travaillé sur les capacités de conduite de leur monospace. Ils lui ont ajouté un puissant moteur turbo à essence, mais ces efforts auraient pu être épargnés. Je ne vois pas son intérêt lorsque le tutu de votre fille s'emmêle au moindre virage sportif sur le chemin de son cours de ballet.

Dans cet article : BMW, BMW Série 2

Journaliste AutoGids/AutoWereld

Essais

Nos essais

Stocks

Les voitures d'occasion bmw

Occasions

Les voitures d'occasion bmw