Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous  >>

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous >>

C'est parti

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Lotus Elise 1.8 SC

Le lancement de la modeste et géniale Elise avait marqué la renaissance de Lotus. Celui de la SC (SuperCharged) illustre les nouvelles ambitions d'un constructeur ayant écrit parmi les plus belles pages du sport automobile.

Prix
NC
  • Avis Rédaction 12.10 /20

Sommaire :

Depuis sa présentation à Francfort en 1995, la Lotus la plus vendue de toute l'histoire de la marque compte pas moins de quatre générations successives. L'originale S1 est commercialisée à partir de 1996 avec un moteur Rover K, conservé par la S2 de 2001 qui intégrait des modifications issues du développement de l'Opel Speedster. La série 111 débute en 2004, lorsque Lotus passe un contrat avec Toyota pour la fourniture de 4 cylindres 1.8 litre afin de pallier la disparition de Rover. Depuis 2006, enfin, on a affaire à une vraie gamme Elise : la S de 136 ch, la R de 192 ch et enfin la SC de 220 ch commercialisée depuis novembre 2007. Si les mécaniques changent, la conception du châssis obéit toujours au même impératif de légèreté. Pour répondre à ce cahier des charges, l'Elise fait appel à une structure en aluminium dont les éléments extrudés sont assemblés par collage.

Conduite : 132/200

28 ch de plus, c'est toujours bon à prendre ! A fortiori avec un couple plus musclé. Le compresseur renforce la courbe de puissance tout en conservant le caractère linéaire du 1.8 litre Toyota. Sous 5000 tr/min, la souplesse rend service. Passé ce régime, la poussée est franche et les aigus partent à l'assaut du rupteur. Dommage que la boîte ne se montre pas plus conciliante. Les passages à la volée souffrent d'une commande accrocheuse. La direction sans assistance nécessite un peu d'effort en manoeuvre. Si la géométrie du train avant l'affecte de remontées parasites, elle permet de placer l'Elise au millimètre.

Sécurité : 148/200

Il faut dissocier l'agrément à la pédale, entaché par une attaque spongieuse, des prestations qui traduisent une endurance et une puissance en parfaite adéquation avec le brio de l'auto. La rigidité exemplaire de l'Elise lui confère une stabilité qui rassure. Ses dimensions réduites et son centre de gravité très bas favorisent son agilité. La puissance ne sature guère le pouvoir de motricité de son train arrière. Autobloquant à prévoir pour les connaisseurs. Les optiques halogènes ne sont pas conçues pour filer par nuit noire. La structure particulièrement rigide est un gage de sécurité. Pourtant, la chasse aux kilos sacrifie les airbags latéraux.

Confort : 115/200

Difficile à croire, mais une Elise n'est pas inconfortable quand on la compare au reste de la production. Une fois passée l'épreuve des longerons latéraux, on constate que la mise au point du châssis réussit le compromis confort/comportement. D'accord, les bruits (roulement, moteur, vent) deviennent envahissants passé 4000 tr/min. Dans ce cas, le hard-top peut représenter une solution efficace, mais onéreuse. L'ergonomie gagnerait à recevoir un volant réglable et des sièges aux appuie-tête davantage inclinés vers l'avant.

Fonctionnalité : 90/200

Une Elise n'a que faire des aspects pratiques. Elle est conçue pour rouler vite, sur circuit de préférence. Dès lors, il s'agit de composer avec elle pour les besoins de la vie quotidienne. On ne monte pas, mais on descend à bord. On roule caché des autres automobilistes. Chauffé par le moteur, le coffre est limité en capacité à 112 l et en charge à 50 kg. L'instrumentation est réduite au strict minimum et l'équipement ne verse pas dans l'opulence. Il faut savoir ce que l'on veut ! La finition est sobre, soit, mais aurait mérité davantage de soins.

Budget : 120/200

Si l'on fait abstraction de la taxe de mise en circulation de 4.957 euros, l'Elise reste raisonnable au regard de ses performances. Sa consommation est plutôt basse, rapportée encore une fois à ses performances. Mais le volume du réservoir offre une autonomie qui n'incite pas au longs parcours. Le charme des départementales, c'est aussi de flâner ! L'entretien est directement conséquent de l'usage, route ou circuit. Quant au prix, s'il se justifie ramené aux performances, c'est cher payé pour un ensemble moteur-boîte somme toute de grande production. L'Elise tient la cote de l'occasion.

Conclusion : 605/1000

De désuet, le concept de la performance par la légèreté cher à Colin Chapman redevient avant-gardiste en ces temps de pétrole durablement cher. Garant d'un plaisir de conduite «sans filtre» parfaitement illustré par l'Elise, cet esprit de la voiture de sport minimaliste est sublimé par la SC, qui se montre sensiblement plus performante sans rien perdre des qualités dynamiques du modèle de base.

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur automobile 1425 du 6 août 2008.

  • Rapport poids/puissance exemplaire
  • Performances/consommation inégalé
  • Comportement de monoplace
  • Autobloquant en option
  • Plaisir de conduite de haut niveau
  • Ligne réussie
  • Commande de boîte perfectible
  • Pédale de frein spongieuse
  • Volant non réglable
  • Rapport puissance/prix élevé
  • Prix des options
  • Détails de finition décevants

Dans cet article : Lotus, Lotus Elise

Les concurrentes