Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous  >>

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous >>

C'est parti

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Jaguar XF Sportbrake 2018 : Chic et choc

Parce que les breaks font toujours recette en Europe, Jaguar nous ressert une XF à grosse soute et hayon. Une belle alternative dynamique et pratique aux sacrosaintes allemandes souvent très (voire trop) classiques dans leur définition…

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le Concept

On a cru un temps ne jamais le revoir. Pourtant, aux dires de ses dirigeants, son développement n’aurait jamais été remis en cause chez Jaguar. Développé uniquement pour l’Europe, la XF Sportbrake arrive un peu tardivement – plus de 2 ans après le lancement de la berline – mais avec la ferme ambition de renforcer les positions de Jaguar dans le segment premium. Sa botte secrète ? Un châssis composé majoritairement d’aluminium, rigide et léger, clé indispensable pour un comportement dynamique affûté et une agilité préservée.

Ce qui change

Comme la berline, la XF Sportbrake a perdu pas mal de poids par rapport à sa devancière. Jusqu’à 190 kg si l’on en croit le discours du constructeur. Reste que le break affiche toujours 70 kg de plus que la berline sur la balance. Conséquence naturelle de sa malle plus développée, mais aussi de quelques éléments techniques rapportés, comme les ressorts pneumatiques pour l’essieu arrière. Montés de série sur toutes les versions, ceux-ci permettent de maintenir un compromis confort/comportement constant, quel que soit le poids embarqué dans la malle. Toujours pratique pour un break, vous en conviendrez. Tant qu’à parler du coffre, on précisera qu’il offre désormais 565 l de contenance sous un cache-bagages complétement automatisé. Un volume qui peut évidemment s’accroitre par le rabattement des dossiers de banquette (en trois parties, 40/20/40), pour atteindre 1.700 l en chargeant jusqu’au toit. Détail pratique, le plancher reste toujours parfaitement aligné et le seuil d’accès affleurant. Bien vu.

Comment ça roule ?

Comme la berline, la XF Sportbrake fait preuve d’un dynamisme non dissimulé dans le châssis, avec une pointe de confort supplémentaire… à mettre à l’actif sans doute du nouvel essieu arrière monté sur coussins d’air. Les ensembles mécaniques sont quant à eux ceux du modèle 3 volumes, mélangeant 4 et 6 cylindres, essence ou Diesel, et boîte manuelle à 6 rapports ou automatique 8 rapports. A noter également que certaines versions ont aussi droit à la transmission intégrale. Une solution rassurante, qui n’enlève rien au caractère dynamique de la voiture, comme nous avons pu nous en rendre compte au volant d’une version 25d AWD  - 2 litres Diesel, 240 ch – lors de ce premier contact. Reste en revanche le côté ronflant et rocailleux de ce 4 cylindres qui nuit franchement au caractère globalement raffiné de la XF. Forcément, on lui préfère le V6 Diesel de la 30d, dont les 300 ch et les 700 Nm subliment carrément le châssis de ce break « de sport » mais qui fait solidement grimper le budget. Le bon choix est peut-être dès lros d’opter pour le 2.0 essence de 250 ch, toujours très onctueux et garant de belle prestations.

Budget/équipement

Avec un tarif débutant à 43.290 € - en 2.0 d 163 ch – la Jaguar XF Sportbrake est plutôt bien placée sur le marché, plus proche en prix d’une Volvo V90 que d’une BMW Série 5 Touring ou d’une Mercedes Classe E Break. Hormis une finition encore un peu juste à certains endroits (plastiques très moyens), la XF Sportbrake peut aussi compter sur un habitacle original et soigné en style pour se différencier de la concurrence. L’équipement est bien évidemment fonction du niveau de finition retenu, de la version Pure qui fixe le prix d’accès, aux R Sport et Portfolio nettement plus chères (respectivement 47.690 € et 49.190 € avec le 2.0 d). Enfin s’il nous fallait ici encourager le choix d’une option, on citerait juste le toit panoramique (1.428 €) qui amène beaucoup de lumière dans l’habitacle et dont le vélum se (dé)plie d’un simple geste de la main.   

Les concurrentes

On l’a dit, la Jaguar XF Sportbrake joue les bonnes affaires face aux BMW Série 5 Touring et Mercedes Classe E Break. En volume de coffre, elle égale la première mais reste légèrement en retrait de la seconde, intraitable sur le sujet. 

Notre verdict

La Jaguar XF Sportbrake 2017 est une offre plaisante pour qui cherche du volume de soute et du plaisir de conduite dans une même auto. Elle est en outre très correctement tarifée, compte tenu de ses prestations et de son équipement. Un poil plus conciliante sur la route que la berline qu’elle vient seconder – grâce sans doute à son essieu arrière monté sur coussins d’air – elle reste par contre un peu ferme au niveau de la sellerie pour les longs trajets. Gros rouleurs, vous voilà prévenus…

Dans cet article : Jaguar, Jaguar XF