Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

 Audi Quattro offert avec votre abonnement au Moniteur Automobile, formule àpd 48 euros

Audi Quattro offert avec votre abonnement au Moniteur Automobile, formule àpd 48 euros

En savoir +

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Suzuki Celerio 1.0

Si de plus en plus de petites citadines parient sur la tendance fashionista pour en mettre plein la vue, il en reste, à l’autre bout du spectre, misant sur l’alter - automobiliste peu dupe et capable de juger au-delà des apparences. Après le succès de l’Alto, la Celerio poursuit sur la voie du pragmatisme, un ton au-dessus.

Prix
NC
  • Avis Rédaction 15.00/20

Sommaire :

Nombreux sont les constructeurs à défendre le vieil adage de Raymond Loewy (1893-1986), génial designer de, entre autres, Studebaker, affirmant que «la laideur se vend mal». Or ces mêmes constructeurs rétorqueraient volontiers à M. Loewy que, de nos jours, les plus belles courbes d’une automobile sont celles de sa rentabilité. Dans les catégories grand public surtout, le Graal des marques consiste à produire à moindre coût, à multiplier les économies d’échelle et ensuite espérer en vendre un maximum d’unités. Poussé à ses limites, ce raisonnement nous amène au sein des citadines low cost. Rien de superflu, des formes qui suivent la fonction, de la récupération technologique, du partage de composants et, surtout, se tenir aussi loin que possible des modes automobiles. L’exemple réussi le plus parlant nous vient bien sûr de Dacia, la marque qui épanouit de plus en plus d’automobilistes dans la simplicité et l‘efficacité à prix démocratique. C’est sur cette vague que surfe Suzuki avec sa nouvelle Celerio, dans le sillage de la dernière Alto. Cette dernière, fabriquée en Inde, avait remis pas mal de beurre dans les épinards, en tout cas en Belgique, où elle devint le best-seller absolu durant la période dorée de baraka fiscale, fin des années 2000. Rappelez-vous ces 15% de remise fédérale octroyés aux véhicules de moins de 104 g/km, en plus des 1.000 € gracieusement offerts par la Région wallonne! Comme bien d’autres, l’Alto en profitait largement, son prix final tombant au niveau de celui d’un bon maxiscooter, si bas qu’il faisait oublier son habitacle étriqué, son coffre minuscule et sa finition un peu trop simpliste. Trois griefs auxquels la Celerio vient répondre. Mais cette fois sans filet fiscal et avec plus de concurrentes dans les pattes.

  • . Royale binnenruimte
  • . Lage instapprijs
  • . Gewillige motor
  • . Lovenswaardig weggedrag
  • . Bluetooth beschikbaar
  • . Geluiddemping
  • Ligne manquant d’identité
  • Voiture frêle, sentiment d’insécurité
  • Habitacle peu gai
  • Place conducteur pour les plus de 1,85 m
  • Sièges manquant de consistance
  • Lacunes d’équipements

Dans cet article : Suzuki, Suzuki Celerio

Les concurrentes