Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Maserati Quattroporte

La nuova Quattroporte veut convaincre que Marchionne a des chances de faire de Maserati - au sein de Fiat - ce que Porsche est à VW. Ce premier contact nous conforte dans l'idée que ça reste une Maserati.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

La Maserati Quattroporte s'érige sur une variante XL de la plateforme de la 300 (elle-même dérivée de celle de l'antépénultième Mercedes E). Au point de devenir la plus grande propulsion italienne. Le recours beaucoup plus systématique à l'aluminium - pour les ouvrants, les éléments de suspension, le berceau avant - et au magnésium (la traverse de la planche de bord) a permis de gagner du poids. Les soubassements sont carénés comme ceux d'une voiture de course, au bénéfice d'une moindre résistance aérodynamique. Incontestablement, la Quattroporte est restée une très belle berline. Le cuir Poltrona Frau est toujours aussi beau, cossu et agréable au contact. Les autres matières et certains équipements le sont beaucoup moins.

Notre meilleure impression vient du bon moment passé au volant, à profiter du ressenti entier d'une assistance hydraulique de vraie voiture de sport, d'un toucher de frein tout aussi franc, d'un châssis rigide, d'une suspension bien amortie sur les deux programmes du Skyhook et, bien accompagné par la boîte automatique à 8 rapports de ZF, de presque toute l'impétuosité d'un V8 Ferrari sous le capot. Bon, bien sûr, le retour du biturbo et la diminution de cylindrée (de 4,7 à 3,8 litres) mettent un peu la virtuosité du V8 en sourdine dans les hauts régimes. Mais sans être moins apte à tourner vite, il a le couple en bas pour lui.

La Quattroporte s'est révélée à nous comme le premier coup - tiré fort, un peu au jugé, précipité même - qui permettrait à Marchionne de hisser durablement Maserati, le label lusso du groupe Fiat/Chrysler qu'il dirige, dans la sphère de la haute performance et du vrai luxe. Pour la salve suivante (la berline Ghibli cette année encore, le SUV Levante en 2014, les remplaçantes des GT et GC en 2015), surtout, qu'il prenne son temps !

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1540 du 9 janvier 2013.

Dans cet article : Maserati, Maserati Quattroporte

Les concurrentes