Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Jaguar XE 2.0 D 180

Alors que la Mercedes Classe C n’a pas encore 2 ans, que la BMW Série 3 vient de profiter d’une remise à niveau et que la nouvelle Audi A4 pointe le bout de son nez, Jaguar lance sa XE. Une menace pour le trio allemand?

  • Avis Rédaction 15.26/20

Sommaire :

Près de 10 ans après la disparition de la X-Type, Jaguar tente à nouveau d’élargir sa gamme vers le bas avec la XE. La tentative précédente avait été menée sous l’égide de Ford et la X-Type reposait sur une plate-forme de Mondeo. Dans un premier temps, les Britanniques avaient tenté de masquer ses origines roturières en dotant la X-Type d’une transmission intégrale, avant que ne suivent d’inévitables versions d’entrée de gamme à roues avant motrices et à plus petits moteurs, voire, pour la première fois chez Jaguar, à moteur Diesel, toujours d’origine Ford. Autant de choix qui ne furent pas suivis par la clientèle: la X-Type ne connut qu’un maigre succès commercial. Jaguar se tourna donc à nouveau vers le haut de gamme, un segment qui lui était davantage coutumier. Aujourd’hui, les Britanniques ont pansé leurs blessures et ne sont plus redevables à Ford de quoi que ce soit. Au même titre que Land Rover, Jaguar appartient en effet au géant industriel indien Tata. Et ce dernier ne manque pas de donner à ses filiales automobiles les moyens de se développer. La XE devrait croiser le fer avec des berlines allemandes bien établies telles que l’Audi A4 (elle sera complètement renouvelée en septembre), la BMW Série 3 (qui vient juste de bénéficier d’un restylage) et la Mercedes Classe C (encore toute fraîche), sans oublier les rivales japonaises (Lexus IS et Infiniti Q50), américaines (Cadillac ATS) ou encore, un demi-segment en dessous, la Volvo S60. Ajoutons-y la future Alfa Romeo Giulia «propulsion» qui s’avère prometteuse. Du beau monde, assurément!

  • Châssis réussi, plaisir de conduite
  • Confort de haut niveau
  • Equipement de série complet
  • Connectivité à la page
  • Rejet de CO2 très bas
  • 3 ans de garantie et d’entretien gratuit
  • Détails de finition décevants (coffre)
  • 180 ch un peu mollassons
  • Capteurs de pluie et de lumière en option
  • Garde au toit à l’arrière avec toit coulissant
  • Sonorité du moteur banale (mais discrète)
  • Nombre d’apps pour InControl Apps restreint

Essais liés

Dans cet article : Jaguar, Jaguar XE

Les concurrentes