Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Toyota RAV4 2019 : Changement de cap

Le RAV4 revient dans une nouvelle génération qui remet en avant une motorisation hybride entièrement renouvelée. Dans le même temps, le nouveau RAV4 se fait plus aguicheur. Sans doute pour exprimer aussi la volonté du modèle de revenir à un certain plaisir de conduite.

  • Avis Rédaction 15.26/20

Sommaire :

Le concept

Lancé en 1994, le RAV4 de première génération s’est mué aujourd’hui en SUV au design des plus personnels. En clair, on aime ou on n’aime pas ! Assemblé sur l’inédite plate-forme GA-K, elle-même basée sur le châssis TNGA (Toyota New Global Architecture), le nouveau RAV4 renvoie ses roues aux quatre coins de sa carrosserie : l’empattement s’est allongé de 3 cm, alors que les porte-à-faux sont plus courts de 3,5 cm. La longueur hors tout est elle aussi plus courte de 5 mm (à 4,6 m). Globalement, cette nouvelle Toyota profite d’une allure plus ramassée, plus sportive aussi, et ce tout en optimisant son habitabilité : le coffre profite d’une capacité d’emport de 580 litres (+ 79 l par rapport à la génération précédente) et l’espace aux coudes des places arrière gagne 4 cm.

Ce qui change

C’est surtout sous son capot que le RAV4 est intéressant. Car si cette cinquième génération abandonne le bloc Diesel — une motorisation pourtant encore prisée dans ce segment —, c’est parce que le RAV4 continue d’être proposé en hybride, une variante toutefois entièrement remaniée et très convaincante. Le principe de l’hybridation est toujours le même : le moteur thermique reste la source d’énergie principale qui est aidée ou à laquelle se substitute pour quelques centaines de mètres la machinerie électrique composée de la batterie et d’un ensemble moteur/générateur. Cela dit, tous les composants ont été redéveloppés ou optimisés afin de les rendre plus efficients, mais aussi plus puissants. Le 2,5 l développe ici 178 ch alors que l’un des deux moteurs électriques fait jusqu’à 120 ch/88 kW (et 202 Nm). L’unité thermique fonctionne selon le cycle Atkinson pour prévenir des pertes par pompage, mais elle se caractérise par une course allongée pour fournir un couple plus important : 221 Nm. Le nouveau RAV4 nous laisse au final avec une puissance combinée de 218 ch, voire de 222 ch lorsqu’il est équipé des 4 roues motrices. Dans ce cas, c’est le moteur électrique placé à hauteur d’essieu arrière qui se charge d’activer les roues en cas de besoin.

Comment ça roule ?

Sur la route, le RAV4 hybride à 4 roues motrices s’est montré plutôt répondant. Souvent décrié, l’effet « moulin à café » de la transmission par train épicycloïdal ne prête pas le flanc à la critique dans la mesure où il présente une tendance nettement adoucie à monter dans les tours lors des sollicitations. Dans la pratique, il faut mettre le pied au plancher (lors des relances ou des dépassements par exemple) pour que le bruit moteur se fasse entendre de manière insistante. Mais quoi qu’il en soit, le progrès est marquant.

Le châssis est, lui, doté de suspensions arrière à double triangulation et il présente une répartition de poids quasiment idéale en statique (51 %/49 %). En route, l’engin se montre confortable et question qualité ou plaisir de conduite, il revient au contact de bons élèves de la catégorie sans toutefois égaler les meilleurs. La direction est à la fois légère, incisive et précise ce qui n’est déjà pas mal pour un SUV. Il est clair aussi que les progrès en comportement découlent aussi du centre de gravité abaissé de la nouvelle plate-forme.

Budget

D’entrée de gamme, le RAV4 de 5e génération « thermique » à deux roues motrices se négocie à partir de 30 650 €. Pour la version hybride à 4 roues motrices, comptez 42 550 €. Ce sont des prix qui se sont évidemment pas « planchers », mais défendables compte tenu de l’offre globale et de l’intérêt aussi du public pour les modèles hybrides autorechargeables (sans nécessité de recharger donc) qui sont pratiquement inexistants sur le marché. Seul le nouveau Honda CR-V est aussi proposé avec un type de propulsion similaire. Quoi qu’il en soit, le nouveau SUV de Toyota est truffé de technologies.

Notre verdict

Le nouveau Toyota RAV4 revient avec un argumentaire renforcé. Toujours disponible en hybride — et c’est bien là son grand intérêt —, il ne connaît que peu de concurrence. Et comme il a profité du saut générationnel pour soigner ses technologies, son plaisir de conduite et donc l’efficacité de sa transmission hybride, on se dit qu’il a toutes les chances de se réserver une très belle place dans le segment des SUV qui, eux aussi, sont de plus en plus demandés en essence…

  • Hybridation optimisée
  • Confort d’assise
  • Habitabilité
  • Matériaux de finition
  • Insonorisation
  • Gabarit imposant

Essais liés

Dans cet article : Toyota, Toyota RAV4

Rédigé par le