Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / La Suzuki Baleno fait son come-back

Suzuki ressort la Baleno du placard. L’appellation désigne désormais une polyvalente et non plus une moyenne. Explication…

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Concept

La Suzuki Baleno, 1e du nom, fut commercialisée entre 1995 et 2002. Il s’agissait à l’époque d’une moyenne du segment C qui se déclinait en berline 4 portes, 5 portes et Break. Elle connaitra un joli succès commercial et pourtant elle ne sera pas reconduite.

Suzuki réintroduit aujourd’hui l’appellation Baleno mais elle désigne cette fois une polyvalente du segment B. Ce qui, à première vue, fait double emploi avec la Swift qui évolue déjà dans cette catégorie. En réalité, la Baleno est conçue à l’origine pour l’Inde où la fiscalité automobile est notamment régie par l’encombrement des voitures. C’est pourquoi la Baleno ne dépasse pas les 4 m. C’est néanmoins 14 cm de plus que la Swift au profit du volume de chargement : 350 l contre 211 l pour la Swift.

  • 1.0 Turbo vigoureux et élastique
  • Boite manuelle 5 bien étagée
  • Rapport encombrement/habitabilité
  • Finition légère dans le choix des matériaux
  • Commande de boite imprécise
  • Efficacité de l’hybridation...

Ce qui change

La Baleno étrenne le premier 3 cylindres turbo à essence de Suzuki : 1.0 BoosterJet (111 ch, 170 Nm). Il est d’office couplé à une boite manuelle à 5 rapports et consomme en moyenne 4,5 l/100 km et 103 g/km de CO2.

La Baleno reprend également le bien connu 1.2 (90 ch) de la Swift. Il est disponible au choix, en boite manuelle 5 ou automatique CVT. Une version hybride existe également. Le 1.2 est alors épaulé par une unité électrique (2,3 kW, 50 Nm) alimentée par une batterie au lithium-ion. L’ensemble du système totalise seulement 6,2 kg sur la balance… mais ne pèse pas bien lourd dans la réduction de la consommation : 0,3 l et 5 g de CO2 d’économie pour un total de 4,0 l/100 km et 93 g/km de CO2.

Comment ça roule?

Suzuki a conçu la Baleno très légère : 950 kg au maximum. Du coup, le 1.0 Turbo n’a aucun mal à emmener la Baleno avec force et vigueur. Il fait aussi preuve d’une belle rondeur qui autorise de relancer la mécanique depuis les plus bas régimes, sans devoir systématiquement rétrograder. Il reprend sans broncher dans une sonorité typique à son architecture tricylindre.

Le 1.2 SHVS hybride se montre plus discret. L’assistance du moteur électrique passe totalement inaperçue. Notez par ailleurs que le moteur thermique doit atteindre sa température de fonctionnement idéale avant que le système hybride n’entre en fonction ; 5 km environ sont nécessaires pour cela et la batterie doit être chargée à moitié. En deçà, l’assistance du moteur électrique est désactivée mais le dispositif Stop&Start, lié au système, continue de fonctionner.

Budget/équipement

À ce stade, Suzuki n’a pas encore communiqué de tarif pour sa nouvelle Baleno. Le dilemme est qu’elle se positionne juste au dessus de la Swift dans la gamme et donc à un tarif logiquement supérieur, mais pas trop car elle doit rester concurrentielle par rapport aux reines du segment.

Les différents niveaux d’équipements restent inconnus également. Toutefois, au vu de la dotation de nos deux exemplaires essayés, on sait que Suzuki envisage une montée en gamme avec la Baleno : sièges chauffants, volant en cuir, climatisation automatique et système multimédia et de navigation.

Les concurrentes

Avec ses 4 m de long, la Baleno s’inscrit parmi les plus petites polyvalentes. Mais c’est compter sans son rapport encombrement/habitabilité des meilleurs. Elle ne craint donc pas de rivaliser avec les reines du segment que sont les Ford Fiesta, Peugeot 208 et autre Skoda Fabia.

Notre verdict

Si la Baleno évolue dans le même segment que la Swift, elle se distingue par une habitabilité nettement plus généreuse et un comportement routier davantage axé sur le confort.

Dans cet article : Suzuki, Suzuki Baleno

NEWSLETTER