Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Offre Black Friday : -20% sur votre abonnement annuel !

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Je m'abonne

Essais courts / Seat Tarraco 2.0 TSI 190 4Drive : la douceur en soi

Avec ses 190 ch, ses 4 roues motrices et sa boîte robotisée DSG7, le 2.0 TSI est provisoirement au top côté essence dans la gamme Seat Tarraco. Un excellent choix… pour ceux qui ne conduisent pas trop.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Maintenant que le moteur Diesel semble être tombé en disgrâce, le marché semble se tourner vers le moteur à essence. Dans le cas du Seat Tarraco, il y a le choix entre le 1.5 l STI de 150 ch et le 2.0 l STI de 190 ch. Le premier se débrouille assez bien dans ce SUV de taille moyenne, mais dans le Tarraco il n’existe qu’avec une boîte manuelle. Pour profiter d’une boîte automatique (en fait une boîte robotisée avec double embrayage), il faut opter pour le deux litres. La 4Drive à quatre roues motrices sera alors ajoutée en bonus.

4-cylindres souple

On peut être bref sur ce moteur deux litres : c’est une source d’énergie très agréable, qui fait son travail en silence et presque sans vibrations. Dans ce SUV assez grand et peu léger, ce n’est pas tant sa puissance de 190 ch qui est décisive, mais son couple de 320 Nm, d’autant plus que ce maximum est déjà disponible à partir de 1500 tr/min. Cela rend le 2.0 STI, sur papier, plus flexible que le 2.0 TDI. Dans la pratique, le Tarraco se laisse effectivement emmener dans la circulation avec la plus grande facilité. Et, si nécessaire, il parvient à sortir un sprint sportif de son chapeau.

Pourtant, les 190 ch ne se remarquent pas dans la circulation de tous les jours : dans la position normale de la DSG, la transmission recherche toujours le rapport le plus élevé possible (à 50 km/h, la boîte de vitesses est déjà en... cinquième), il faut donc d’abord rétrograder pour que le moteur de deux litres puisse faire son travail. Le mode Sport rend beaucoup plus justice au potentiel du 2.0 TSI, mais après que la direction ait montré quelques retours brutaux, nous avons sagement quitté ce mode.

Grand athlète

Quoi qu’il en soit, le Tarraco est sécuritaire et rassurant à conduire, mais pas exceptionnellement dynamique – en lançant ce SUV avec un peu plus d’enthousiasme dans les virages, il ne peut alors cacher son poids et son centre de gravité élevé. Bien sûr, le Tarraco n’est pas fait pour ce genre de travail, donc nous ne lui en voulons pas non plus.Nous pardonnons moins l’ajustement de la fonction de freinage d’urgence autonome. Au cours de nos près de 500 km d’essai, il est arrivé pas moins de cinq fois que le Tarraco ne plonge brièvement dans les freins à la recherche d’obstacles qui n’étaient pas là. À revoir donc…

Pas de miracles

Aussi agréable que soit ce moteur, un deux litres d’essence dans un SUV à quatre roues motrices de cette taille, se paie pompe. Les 9,1 l/100 km que nous avons enregistrés ne sont possibles qu’en parcourant régulièrement de longues distances à une vitesse constante. Pour des trajets plus courts et certainement en ville, le seuil des 10 litres est dépassé en un rien de temps. C’est pourquoi pour les gros rouleurs le 2.0 TDI de 150 ch reste plus économique.

Notre version d’essai était une version sept places, dans laquelle Seat n’a malheureusement pas repris les magnifiques sièges de coffre intégrés de la Škoda Kodiaq, mais la solution artificielle de la Volkswagen Tiguan, qui rend le tout beaucoup moins pratique. D’un autre côté, en tant que cinq places, le Tarraco est parfait : à l’arrière, il y a beaucoup d’espace.

Notre verdict

Le 2.0 STI est peut-être le meilleur moteur du Tarraco en soi : plus volontaire et plus puissant que le 1.5 STI. Il est aussi plus doux et plus civilisé que les deux TDI. Seule sa consommation est un problème. Quand on fait les comptes, il serait tentant d’opter pour le 2.0 TDI 150 : il n’est pas nécessaire d’être un pilote chevronné pour pouvoir récupérer assez rapidement le coût supplémentaire de ce Diesel (plus de 1100 euros).

  • Moteur souple et agréable
  • Prestations intéressantes
  • Espace intérieur
  • Consommation
  • Fonctionnement des systèmes d’aide à la conduite
  • Troisième rangée de sièges mal intégrée

Dans cet article : Seat, Seat Tarraco

Secrétaire de Rédaction Autogids