Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur la mobilité "verte" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Rolls-Royce Wraith

Une Rolls sportive ? N'y a-t-il pas là contradiction dans les termes ? À cette vieille question, les concepteurs de Goodwood répondent par la Wraith. La sportive version happy few.

  • Avis Rédaction 15.62/20

Sommaire :

La Wraith sait nous surprendre, notamment par l'intégration d'une technologie empruntée à la formule 1 : le SAT (Satellite Aided Transmission), grâce auquel les données du système de navigation sont prises en compte par la boîte automatique (ZF) à 8 rapports. But ? Que celle-ci interprète ces données en vue d'une sélection de rapports plus logique (par exemple en ne montant pas d'une vitesse lorsque le conducteur soulage l'accélérateur à l'abord d'un virage qu'il envisage, en fait, de prendre en force). Au volant, on constate le choix d'une jante épaisse, en accord avec la volonté de distiller de la sportivité dans la Wraith, ce que confirme la consistance de la direction. Un autre bouton éveille le 6.6 V12, qui signale bien sa présence, surtout lorsque la Wraith s'équipe des échappements apparents optionnels. Un ronflement profond et noble, certes, mais pas de quoi affoler un sonomètre.

Rassurons les clients de Rolls-Royce de la première heure : la Wraith prodigue ce fantastique confort de roulement, inimitable et propre à la marque. Dans les petits villages traversés à faible allure, on souhaiterait une direction plus prompte à retrouver son point milieu, ce qui aurait pour effet de fluidifier les successions de changement de direction À notre grand étonnement, Rolls-Royce a prévu un petit crochet par le circuit de Goodwood. Comme on pouvait s'y attendre, l'expérience impressionne, surtout au vu de l'aisance dont se targue la Wraith pour poser l'aiguille sur 200 km/h, sans forcer. De surcroît, elle assure lors du gros freinage précédant la zone sinueuse.

La Wraith est à l'image de ce que les concepteurs de Goodwood ont souhaité : une pure Grand Tourisme avec laquelle on se délectera d'accomplir un Bruxelles- Marseille, un New York-Washington ou un Pékin-Shangai frais comme un gardon à l'arrivée, paré à profiter des autres joies de la grande vie. Il en ira de même pour les deux ou trois passagers qui croiseront en votre compagnie. Dommage, seuls les happy few pourront s'en délecter.

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1558 du 18 septembre 2013.

Dans cet article : Rolls-Royce, Rolls-Royce Wraith

Rédigé par le

Les concurrentes