Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais blog / Renault Clio 1.5 Blue dCi115 : Surprenante !

À la faveur d’un « trou » dans son planning, et en attendant de pouvoir disposer d’une Zoé pour un essai comparatif qui finalement sera reporté vu le confinement, notre collaborateur Pascal Binon s’est vu confier une Clio Blue dCi115 Intens.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Ces derniers temps, toutes les voitures qui me sont passées entre les mains étaient soit dotées d’un moteur à essence, soit d’un moteur électrique… ou des deux ! En reprendre une équipée d’un Diesel n’a donc pas manqué de me surprendre, d’autant que sur le segment des polyvalentes à mazout, la Clio dCi115 fait un peu cavalier seul : les plus puissantes de ses rivales (en l’occurrence la Peugeot 208 1.5 BlueHDi et sa cousine l’Opel Corsa 1.5 Turbo D) ne développent que 102 ch. Autre fait surprenant, si la Clio de 5e génération est une toute nouvelle voiture avec des dessous qui n’ont quasiment plus rien de commun avec l’ancien modèle, esthétiquement, entre cette nouvelle version et la précédente, c’est un peu le jeu des 7 erreurs !

Sympa

Au démarrage, mais aussi sur toute sa plage de régimes, le 1.5 dCi 115 fait preuve d’une extrême discrétion. Associé à une boîte manuelle à 6 rapports dont la commande ne suscite pas la critique, il distille son généreux couple (260 Nm à 2000 tr/min) de manière douce et linéaire, donnant l’impression d’avoir affaire à un plus gros moteur. C’est pour ça aussi que j’aime bien les Diesel ! On passe donc les rapports très tôt (mais sans jamais se traîner) et au terme d’un parcours autoroutier d’une bonne centaine de kilomètres, l’ordinateur de bord indique 4,3 l/100 km. Là aussi, on se dit qu’en matière de consommation (et donc d’émissions de CO2), un Diesel, ça a quand même du bon !

Le grand écran central façon tablette (pack Techno 2 avec Bose Sound System, 1600 €), franchement, sur le plan esthétique, j’ai du mal. Pourtant, force est de constater qu’à l’usage, cette disposition est très pratique. Par ailleurs, les menus sont très intuitifs. On se surprend donc à naviguer très rapidement parmi les différentes fonctions et réglages. L’autre bonne surprise, c’est que contrairement à l’extérieur, le tableau de bord a été entièrement redessiné et utilise des matériaux de meilleure qualité.

Côté comportement, cette nouvelle génération m’a semblée plus dynamique que la précédente, avec une cartographie de direction moins basique. Cela dit, le volant reste toujours trop artificiel en mains. Autre bon point enfin, la dotation de série de cette version Intens (22.000 €) est très complète : freinage d’urgence automatique, aide et assistance au maintien de voie (les deux sont désactivables et ne se réactivent pas systématiquement au démarrage), commutation automatique des feux de route (à diodes) et de croisement, capteurs de pluie et de lumière, rétroviseurs rabattables électriquement, entrée et démarrage mains libres, régulateur de vitesse, climatisation automatique, radar de recul, etc.

Dommage

Malgré une colonne de direction télescopique et un siège réglable en hauteur, la position de conduite ne me satisfait pas. Le problème vient en fait de l’assise, trop horizontale. La plupart s’en accommodera sans doute, mais pour ma part, cela m’aura gêné tout au long de l’essai. En matière d’amortissement, la priorité semble avoir été donnée au dynamisme. Du coup, le toucher de route manque clairement d’arrondi et de fluidité face à certaines déformations sur lesquelles la caisse a tendance à se figer. Bref, outre que je m’attendais à davantage de douceur de la part d’une française, j’ai surtout trouvé que la mise au point des liaisons au sol manquait de rigueur.

Et donc ?

Le fameux slogan « Elle a tout d’une grande », est plus que jamais vrai. Avec le dCi115, la Clio vous emmènera vite et loin dans un bon niveau de confort (même si j’aurais apprécié un amortissement offrant davantage de douceur), tout en faisant preuve d’un appétit d’oiseau. Bref, plutôt que d’aveuglément frapper sur le Diesel, rappelons que pour les (longs) trajets en dehors de la ville, son rapport agrément de conduite/consommation/prix est imbattable. Reste que je n’ai toujours pas compris pourquoi ce nouveau modèle ressemble tant à l’ancien.

Dans cet article : Renault, Renault Clio