Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Le salon de l'auto depuis votre salon - C'est facile de choisir!

Le salon de l'auto depuis votre salon - C'est facile de choisir!

découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Porsche Boxster Spyder

Sous ses airs de Carrera GT, le Boxster Spyder ressuscite l'esprit rebelle des Porsche mythiques des années 50. Léger, puissant et performant, il prend tous les risques... jusqu'à se mettre à découvert !

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Si l'on disait déjà du Boxster à son lancement qu'il était bien le digne descendant des mythiques 356 Speedster ou autres 550 Spyder, force est de reconnaître qu'il avait aussi un petit côté bourgeois peu en rapport avec l'esprit «dépouillé» des premiers roadsters Porsche. Treize ans plus tard, le Boxster dénudé est donc là. Et il a tout enlevé, même sa capote ! Son nouveau toit souple donne une allure plus dynamique et élancée au Boxster en configuration «fermée».

Un quart de tour de clé suffit à réveiller le boxer 3.4 de 320 ch. Dès les premiers kilomètres, on perçoit que le Boxster Spyder a le «toucher de route » plus ferme que son homologue civilisé. On est néanmoins agréablement surpris que la suspension ne transforme pas chaque défaut de revêtement en punition pour les lombaires. Dès les premiers virages, on se cale au fond du baquet et on s'apprête à en découdre avec ce Spyder sauvage. L'allégement des masses ne fait que lui simplifier la tâche en réduisant les efforts appliqués aux roues. Les vitesses de passage en courbe s'élèvent encore d'un cran, tandis que l'agilité sort renforcée grâce à l'autobloquant.

Quelques kilomètres parcourus avec les toiles (une principale et une secondaire incluant la lunette et refermant l'habitacle jusqu'aux vitres arrière) en place nous ont permis de nous rendre compte de leur bonne isolation au vent. Les manoeuvres de (dé)capotage ne sont certes pas compliquées (à condition d'avoir la main), mais nécessitent tout de même plus de temps qu'avec un Boxster «classique» (comptez en moyenne 2'30'').

Dépouillé de sa capote et de ses principaux équipements de confort, le Boxster Spyder se dédie tout entier au plaisir de conduite et à la performance. Une Porsche 100% plaisir, donc... mais à ne sortir que par beau temps !

Dans cet article : Porsche, Porsche Boxster

VENDRE VOTRE VOITURE AUJOURD'HUI

Les concurrentes