Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Opel Insignia 2.0 Biturbo CDTI

Locomotive de gamme incontournable là où la puissance se vend encore (en Allemagne et dans quelques pays de l'Est), l'Insignia BiTurbo Diesel restera rare chez nous, mais digne d'intérêt.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

En Belgique, où le nouveau gouvernement vient de porter un coup dans l'aile d'un marché fleet jusqu'ici florissant, l'Insignia 2.0 BiTurbo CDTI trouvera difficilement acquéreur. Elle a certes toujours la cylindrée phare des flottes de société (2 litres) et, à exécution identique, elle ne coûte «que» 2.500 euros de plus que la 2.0 CDTI 160, la version la plus puissante que l'on connaissait jusqu'à l'arrivée de notre 195 ch BiTurbo. Opel Belgium le proposera dans les deux exécutions supérieures Sport et Cosmo, en berlines 4 ou 5 portes et en break Sports Tourer, en traction avant ou avec 4 roues motrices 4x4 voire même, pour la seule 2 roues motrices, la boîte automatique à 6 rapports.

Passé au volant de la Sports Tourer 4x4, l'après-midi du premier jour nous a un peu laissés sur notre faim. En cause, un BiTurbo qui ne faisait pas ses 195 ch ni ses 400 Nm, avec cette impression de lourdeur et d'avoir à être relancé en permanence. L'explication viendra le lendemain, aux commandes de la BiTurbo traction, montée sur de simples McPherson et qui s'est révélée beaucoup plus réactive. En cause, le rapport de pont, inchangé (3,89:1) sur la 4x4 de 195 ch par rapport à la 4x4 de 160 ch, alors qu'il a été raccourci de 3,55 à 3,89:1 sur la 195 ch traction, toujours par rapport à la 160 ch traction.

La BiTurbo ne sera pas une voiture de niche en Allemagne et dans les pays encore friands de voitures bien équipées et performantes, où elle devrait peser 10% des ventes d'Insignia et permettre à Opel de mieux tenir sa place dans l'offre «fleet» globale. Chez nous, elle va rassurer celui qui roule avec la 110, 130 ou 160 ch qui pourra se dire que, débarrassée de tout badge et bien montée en pneus, la sienne passera facilement pour le must de la gamme. Ou comment niveler par le haut en pratiquant le downsizing...

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1518 du 7 mars 2012.

Dans cet article : Opel, Opel Insignia

NEWSLETTER

Les concurrentes