Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Que recherchez-vous ?

Nissan

GT-R

Nissan GT-R (2021)
Coupés

Coupés

  • Nissan
    GT-R (2021)

  • Plus commercialisée
  • Prix CO2
    Essence - 316 - 325 g/km (WLTP)

    Nissan GT-R

    Présentée au Japon en 2007, la GT-R a droit à son lot d’améliorations presque chaque année. Le dernier remodelage en date remonte à 2019, et a apporté de nouveaux turbos ainsi que des sorties d'échappement différentes en titane. La suspension a aussi été retravaillée, ce qui a rendu la voiture encore plus stable en virage. Ces évolutions viennent compléter la remise à niveau plus importante de 2017, qui avait offert à la GT-R différentes modifications de détail à la suspension, dont des amortisseurs Bilstein pilotés, un peu plus durs en mode Racing. Nissan a également adouci la pédale de freins: le confort y gagne ce que le feeling y perd; dommage! Reste que la GT-R demeure plus radicale qu'une BMW M4 ou une Jaguar F-Type SVR, par exemple. Le V6, dont chaque banc de cylindres est suralimenté par son propre (petit) turbocompresseur, délivre 570 ch et 637 Nm entre 3.300 et 5.800 tr/min, grâce à une pression de turbo plus élevée et à un contrôle plus précis du moment d’allumage de chaque cylindre. La version Nismo, bien plus extrême (et deux fois plus chère…) flirte toujours avec les 600 ch. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la version retenue, cette GT-R à 4 roues motrices demeure un engin d’une efficacité confondante, y compris sur circuit. Dommage que Nissan interdise de déconnecter l'ESP… sous peine de perdre la garantie! En attendant sa remplaçante, la GT-R reste une machine assez extraordinaire, très efficace, peut-être trop, au point qu’elle peut manquer de saveur. Le seul handicap de cette Nissan, pas chère eu égard à son potentiel, c’est son nom!

Nissan GT-R (2020)
Coupés

Coupés

  • Nissan
    GT-R (2020)

  • Plus commercialisée
  • Prix CO2
    Essence - 0 - 0 g/km (WLTP)

    Nissan GT-R

    Présentée au Japon en 2007, la GT-R a droit à son lot d’améliorations presque chaque année. Le dernier remodelage en date remonte à 2019, et a apporté de nouveaux turbos ainsi que des sorties d'échappement différentes en titane. La suspension a aussi été retravaillée, ce qui a rendu la voiture encore plus stable en virage. Ces évolutions viennent compléter la remise à niveau plus importante de 2017, qui avait offert à la GT-R différentes modifications de détail à la suspension, dont des amortisseurs Bilstein pilotés, un peu plus durs en mode Racing. Nissan a également adouci la pédale de freins: le confort y gagne ce que le feeling y perd; dommage! Reste que la GT-R demeure plus radicale qu'une BMW M4 ou une Jaguar F-Type SVR, par exemple. Le V6, dont chaque banc de cylindres est suralimenté par son propre (petit) turbocompresseur, délivre 570 ch et 637 Nm entre 3.300 et 5.800 tr/min, grâce à une pression de turbo plus élevée et à un contrôle plus précis du moment d’allumage de chaque cylindre. La version Nismo, bien plus extrême (et deux fois plus chère…) flirte toujours avec les 600 ch. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la version retenue, cette GT-R à 4 roues motrices demeure un engin d’une efficacité confondante, y compris sur circuit. Dommage que Nissan interdise de déconnecter l'ESP… sous peine de perdre la garantie! En attendant sa remplaçante, la GT-R reste une machine assez extraordinaire, très efficace, peut-être trop, au point qu’elle peut manquer de saveur. Le seul handicap de cette Nissan, pas chère eu égard à son potentiel, c’est son nom!

Nissan GT-R (2014)
Coupés

Coupés

  • Nissan
    GT-R (2014)

  • Plus commercialisée
  • Prix CO2
    Essence - 0 - 0 g/km (WLTP)

    Nissan GT-R

    Présentée au Japon en 2007, la GT-R a droit à son lot d’améliorations presque chaque année. Le dernier remodelage en date remonte à 2019, et a apporté de nouveaux turbos ainsi que des sorties d'échappement différentes en titane. La suspension a aussi été retravaillée, ce qui a rendu la voiture encore plus stable en virage. Ces évolutions viennent compléter la remise à niveau plus importante de 2017, qui avait offert à la GT-R différentes modifications de détail à la suspension, dont des amortisseurs Bilstein pilotés, un peu plus durs en mode Racing. Nissan a également adouci la pédale de freins: le confort y gagne ce que le feeling y perd; dommage! Reste que la GT-R demeure plus radicale qu'une BMW M4 ou une Jaguar F-Type SVR, par exemple. Le V6, dont chaque banc de cylindres est suralimenté par son propre (petit) turbocompresseur, délivre 570 ch et 637 Nm entre 3.300 et 5.800 tr/min, grâce à une pression de turbo plus élevée et à un contrôle plus précis du moment d’allumage de chaque cylindre. La version Nismo, bien plus extrême (et deux fois plus chère…) flirte toujours avec les 600 ch. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la version retenue, cette GT-R à 4 roues motrices demeure un engin d’une efficacité confondante, y compris sur circuit. Dommage que Nissan interdise de déconnecter l'ESP… sous peine de perdre la garantie! En attendant sa remplaçante, la GT-R reste une machine assez extraordinaire, très efficace, peut-être trop, au point qu’elle peut manquer de saveur. Le seul handicap de cette Nissan, pas chère eu égard à son potentiel, c’est son nom!

Nissan GT-R (2009)
Coupés

Coupés

  • Nissan
    GT-R (2009)

  • Plus commercialisée
  • Prix CO2
    Essence - 0 - 0 g/km (WLTP)

    Nissan GT-R

    Présentée au Japon en 2007, la GT-R a droit à son lot d’améliorations presque chaque année. Le dernier remodelage en date remonte à 2019, et a apporté de nouveaux turbos ainsi que des sorties d'échappement différentes en titane. La suspension a aussi été retravaillée, ce qui a rendu la voiture encore plus stable en virage. Ces évolutions viennent compléter la remise à niveau plus importante de 2017, qui avait offert à la GT-R différentes modifications de détail à la suspension, dont des amortisseurs Bilstein pilotés, un peu plus durs en mode Racing. Nissan a également adouci la pédale de freins: le confort y gagne ce que le feeling y perd; dommage! Reste que la GT-R demeure plus radicale qu'une BMW M4 ou une Jaguar F-Type SVR, par exemple. Le V6, dont chaque banc de cylindres est suralimenté par son propre (petit) turbocompresseur, délivre 570 ch et 637 Nm entre 3.300 et 5.800 tr/min, grâce à une pression de turbo plus élevée et à un contrôle plus précis du moment d’allumage de chaque cylindre. La version Nismo, bien plus extrême (et deux fois plus chère…) flirte toujours avec les 600 ch. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la version retenue, cette GT-R à 4 roues motrices demeure un engin d’une efficacité confondante, y compris sur circuit. Dommage que Nissan interdise de déconnecter l'ESP… sous peine de perdre la garantie! En attendant sa remplaçante, la GT-R reste une machine assez extraordinaire, très efficace, peut-être trop, au point qu’elle peut manquer de saveur. Le seul handicap de cette Nissan, pas chère eu égard à son potentiel, c’est son nom!

Anciens modèles Nissan
Nissan GT-R 2021
Nissan GT-R 2020
Nissan GT-R 2014
Nissan GT-R 2009
Trouvez l'assurance qui vous convient
  • Trouvez l'assurance qui vous convient

  • Le Moniteur Automobile, en partenariat avec Hopala, vous aide à trouver l'assurance auto qui correspond le mieux à vos besoins.

  • Commencer la recherche

Essais Nissan GT-R

Nos essais