Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Premier essai MG 5 Electric (2022) : break branché

Rédigé par Frédéric Kevers le

MG a entamé une reconquête du marché européen avec divers SUV, électrifiés ou non, mais le blason britannique sous financement chinois veut franchir un cap avec la MG 5 Electric, le premier break électrique… abordable du marché. Enfin une alternative aux SUV et crossovers ?

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

En Europe, comme presque partout ailleurs dans le monde, les SUV ont la cote. Très – trop ? – souvent, ces pachydermes hauts sur pattes ont phagocyté les performances commerciales des autres formes de carrosserie à vocation pratique et familiale : les monospaces et les breaks. Mais avec l’avènement des voitures électriques, le poids et l’aérodynamique sont devenus des critères essentiels en matière d’autonomie. Dès lors, MG prend le contrepied de ses concurrents en présentant la 5 Electric. Il s’agit du premier break 100 % électrique du marché, si l’on excepte l’impayable Porsche Taycan Sport/Cross Turismo bien entendu. Alors, pari gagnant pour le constructeur chinois ?

Carrosserie et dimensions

La principale particularité de cette MG 5 tient donc à sa carrosserie : c’est un break ! Généralement, les nouveaux modèles électriques sont soit des berlines « traditionnelles » soit, le plus souvent, des SUV. La MG 5 arrive donc avec une offre différente mais intelligente. Elle présente une aérodynamique plus efficace et un centre de gravité encore plus bas tout en offrant des dispositions pratiques grâce à son compartiment arrière plus volumineux qu’une hatchback ou une berline tricorps.

Sur le plan esthétique, point de révolution, mais un style sobre et apte à plaire au plus grand nombre. Le jonc chromé qui sépare les vitres latérales et le pavillon étire visuellement la ligne de ce break. On notera également le léger décrochage au-dessus des ailes arrière, un gimmick déjà vu chez d’autres, mais qui reste efficace. La face se démarque par une « calandre » pleine, surplombant une prise d’air inférieure. Le logo trône sur le capot tandis qu’au centre du pare-chocs avant se situe la trappe d’accès à la prise de recharge. Pas idéal en cas de choc frontal…

Avec 4,60 m de long pour 1,88 m de large et 1,521 m de haut, la MG 5 n’est pas un petit break, mais a le mérite de « trôner » entre 10 et 15 cm plus bas que les SUV et crossovers de la concurrence. Petite déception pour l’empattement de seulement 2,665 m. Nous aurions pu attendre un peu davantage pour un véhicule 100 % électrique.

>> Longueur : 4600 mm, Largeur : 1880 mm, hauteur : 1521, empattement : 2665 mm, masse : 1562 kg (Long Range)

Intérieur et coffre

Bien qu’elle soit relativement longue pour un break « compact », la MG 5 exclusivement électrique n’en profite pas pour proposer un empattement sensiblement plus étiré que ses « concurrentes directes » à motorisation thermique ou hybride. Par exemple, une Toyota Corolla Touring mesure 4,65 m pour un empattement de 2,70 m. Ce n’est pas sans conséquence sur l’habitabilité et le volume de coffre. Si deux adultes de 1,80 m pourront s’asseoir l’un derrière l’autre sans être gênés aux entournures, l’espace disponible pour les jambes à l’arrière n’est pas exceptionnel et l’absence de caves à pieds profondes limite la possibilité de glisser ses pieds sous le siège avant. Comme souvent, la place centrale est là pour dépanner mais reste inconfortable sur de longs trajets en raison d’une assise bombée et étroite. En outre, le dossier de banquette est un peu trop vertical pour octroyer un confort suffisant sur longs trajets

Comme le laisse deviner le profil de la MG 5, le coffre n’offre pas un volume exceptionnel. Certes, les formes sont pratiques, mais la modularité reste basique avec une banquette rabattable en 2 parties 40/60. Et ne comptez pas sur une surface de chargement plane un fois rabattue, le dessin des dossiers aux places latérales empêche de « poser » le dossier sur l’assise et impose une inclinaison qui lui fait perdre quelques dizaines de litres d’espace. Sans petit espace de rangement sous le plancher, ni « frunk » à l’avant, le volume varie donc de 497 à 1367 l. Cela reste très moyen.

Heureusement, cette MG 5 se rattrape sur le plan de la présentation et de la qualité de fabrication. Si les plastiques durs restent la norme, la précision des accostages et la qualité d’assemblage sont de bonne facture et le dessin du mobilier de bord est agréable à l’œil. Les matériaux, nombreux certes, se marient assez harmonieusement et si l’on a le choix entre le noir et le gris (en option), l’ambiance reste sobre, voire austère. L’ergonomie générale est bien pensée et la planche de bord conserve des raccourcis physiques pour les fonctions essentielles. L’affichage s’articule autour de deux écrans. Une dalle de 7 pouces pour l’instrumentation dont les graphismes simples offrent une bonne lisibilité mais peu de personnalisation. L’écran multimédia central de 10,25 pouces, légèrement orienté vers le conducteur, offre une résolution convenable mais manque un peu de réactivité au toucher. Il est parfois nécessaire d’insister pour activer une commande ou valider un choix. L’offre de menus se limite à l’essentiel, mais il reste possible d’opter pour Apple CarPlay ou Android Auto. Seul bémol révélé par notre essai dynamique, l’insonorisation aux bruits de roulement et aérodynamiques est insuffisante.

Spécifications et performances

La singularité de cette MG 5 tient au fait qu’il s’agit du premier break 100 % électrique du marché. Deux motorisations sont proposées, selon que l’on opte pour la version normale ou « Long Range » (grande autonomie). Dans les deux cas, il s’agit d’une traction. MG a développé un moteur électrique qui se caractérise par un enroulement en épingle à cheveu à 8 couches pour le rotor, pour un rendement supérieur et une fiabilité accrue.

Une fois n’est pas coutume, c’est la version « de base » qui affiche la puissance la plus élevée avec 130 kW (177 ch) et un couple de 280 Nm. Pour la version « Long Range », le moteur électrique est « optimisé » et voit sa puissance réduite à 115 kW (156 ch). Sur le plan des performances, MG annonce que la 5 peut monter à 185 km/h et abattre le 0 à 100 km/h en 8,3 s. Rien de décoiffant, mais largement suffisant a priori.

Autonomie et charge

La MG 5 est donc proposée en deux variantes techniques : la version de base et la « Long Range ». La première dispose d’une batterie de 50,3 kWh qui permettrait une autonomie de 320 km (WLTP) tandis que la « Long Range » passe à 61,1 kWh. De quoi porter le rayon d’action à 380 km (WLTP). Nous disposions d’une version « Long Range » pour notre essai et avec 98 % de charge, l’autonomie annoncée était de 290 km. Notre parcours d’essai constitué de 70 km de routes de campagnes sinueuses et vallonnées avec plusieurs traversées de villages et quelques tronçons plus rapides nous a révélé une consommation moyenne de 22,7 kWh/100 km, sans prendre de précautions particulières ni se priver de tester les performances de ce break électrique. Voilà qui laisserait une autonomie réelle de 270 km environ. Mais tout cela sera vérifié lors d’un prochain essai détaillé.

En matière de charge, cette MG 5 permet de recharger jusqu’à 11 kW en courant alternatif (triphasé) et reste limitée à 87 kW en courant continu. Comptez 40 minutes pour récupérer 80 % de la charge. Surtout, MG propose le V2L de série qui permet à la batterie du véhicule d’alimenter des appareils via un adaptateur Type 2 vers prise domestique. La puissance maximale d’alimentation étant limitée à 2200 W.

Conduite

Relativement légère pour une électrique de ce gabarit, comparée aux SUV qui pullulent, la MG 5 emmène ses 1562 kg avec entrain et ne posera jamais le moindre problème pour s’insérer dans le flux de circulation avec une poussée franche mais pas brutale jusqu’à 115-120 km/h. Le train avant digère bien l’arrivée instantanée du couple une fois la voiture en mouvement. Au démarrage, un léger patinage rapidement endigué peut parfois surprendre.

Avec son poids mesuré, son centre de gravité très bas et sa garde au sol « normale », la MG 5 offre un comportement à l’image de sa vocation : confortable et sécurisant. Les suspensions présentent un bon compromis entre confort et maintien de caisse. Certes le roulis n’est pas éradiqué, mais le break chinois évite la caricature du bateau ivre. Précise, la direction n’offre, par contre, aucun retour d’informations en provenance du train avant, plutôt bien guidé et accrocheur, ne laissant poindre du sous-virage qu’à vive allure dans des courbes prises avec un peu trop d’entrain. Mais ce break n’a pas vocation à titiller le chrono en spéciale et fait clairement le job.

Bon point pour le freinage. Une fois encore, nous ne sommes pas à bord d’une sportive, mais la voiture reste stable en toutes circonstances, la pédale offre une bonne consistance lorsqu’il est nécessaire de l’utiliser. Car le freinage régénératif s’avère plutôt efficace, même si la conduite « one pedal » nécessiterait une puissance de ralentissement un plus élevée pour être totalement efficace. Vous disposez de 3 niveaux de régénération, le plus élevé étant surtout destiné à la conduite urbaine ou péri-urbaine. Seul bémol, le réglage se fait via un basculeur sur la console centrale. Nous aurions préféré des boutons ou palettes au volant ! Quant aux modes de conduite proposés – Eco/Confort/Sport – ils sont bien distincts les uns des autres dans la réponse à l’accélérateur principalement, mais au quotidien, le plus dynamique ne présentera que peu d’intérêt et le mode Confort constitue le meilleur compromis. Pour être efficace, le mode Eco réclame une conduite avec un œuf sous le pied.

Prix belges de la MG 5 Electric

La MG 5 est d’ores et déjà disponible à la commande en Belgique et les premières livraisons sont prévues au mois de juillet. En bonne voiture chinoise, cette MG s’avère particulièrement attractive sur le plan tarifaire avec un prix de base de 34.585 € pour la « petite » batterie en finition Confort qui offre déjà la climatisation avec filtre à air PM2.5, les phares et feux LED, les sièges avant chauffants, l’accès à bord mains libres, etc. La version Luxury se veut full options – seul vous restera le choix entre les 4 coloris : Dover White, Pebble Black, Diamond Red et Medal Silver.

>>> Retrouvez tous les prix belges de la MG 5 Electric

MG 5 Electric – verdict du Moniteur Automobile

Si MG reste encore confidentiel sur nos routes avec ses SUV, le constructeur chinois pourrait bien séduire une nouvelle frange de clientèle avec la 5 Electric. Celui qui se revendique le premier break électrique du marché ne limite pas ses qualités à son seul tarif attractif. Bien construit et équipé, suffisamment habitable pour une petite famille et disposant d’un comportement routier agréable et confortable, il s’agit d’un break globalement réussi et d’une proposition unique qui saura séduire les réfractaires aux SUV. Pour autant, tout n’est pas rose et il faudra composer avec une insonorisation insuffisante et un volume de chargement limité en rapport des dimensions extérieures. Enfin, une autonomie réelle inférieure à 300 km et une puissance de charge rapide de seulement 87 kW restent des valeurs basses qui pourraient rebuter ceux qui aiment partir en vacances en famille et en voiture.

 

  • Prix relativement contenu
  • Comportement sain
  • Ergonomie du poste de conduite
  • Seulement 87 kW en charge rapide
  • Insonorisation insuffisante
  • Prix attractif

Dans cet article : MG, MG MG5

Web Editor

Essais

Nos essais

Occasions MG

Les voitures d'occasion mg