Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Mercedes E 63 AMG S

L’augmentation de la puissance – 28 ch – de la S par rapport à l’AMG représente 5%, soit pas de quoi fouetter le chrono. Les modifications apportées au châssis méritent par contre qu’on s’y attarde.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Chaque ligne de modèles Mercedes a aujourd’hui droit à sa version ultraperformante AMG. Y compris les dernières tractions compactes (A, CLA), qui deviennent pour l’occasion des «intégrales». Cette grande tradition s’est forgée sur l’incontournable berline E pour ensuite s’étendre aux breaks, aux coupés, aux roadsters et, plus haut en gamme, à la grande Classe S, aux SUV et autres 4x4. Pourquoi toujours proposer plus puissant? Peut-on raisonnablement penser que c’est le seul moyen d’entretenir la flamme du conducteur sportif? Voilà toutefois une spirale dans laquelle les constructeurs allemands se sont enferrés à l’exclusion de tous les autres, dans le jeu puéril de celui qui surenchérit systématiquement à la moindre tentative de suprématie de son rival. Pourquoi croyez-vous que Mercedes offre 585 ch à la version S au lieu des 557 ch que donne déjà la version standard de la nouvelle AMG (soit la puissance de l’ancienne équipée du Performance Package – au départ de 525 ch)? Moins pour les beaux yeux de son client que pour lui proposer une alternative indiscutable aux concurrentes de toujours, l’Audi RS6 et la BMW M5, qui, on s’en serait douté, n’ont toutes deux «que» 560 ch. Les férus de belles mécaniques seraient-ils à ce point restés au stade du gamin à culottes courtes?

Chaque ligne de modèles Mercedes a aujourd’hui droit à sa version ultraperformante AMG. Y compris les dernières tractions compactes (A, CLA), qui deviennent pour l’occasion des «intégrales». Cette grande tradition s’est forgée sur l’incontournable berline E pour ensuite s’étendre aux breaks, aux coupés, aux roadsters et, plus haut en gamme, à la grande Classe S, aux SUV et autres 4x4. Pourquoi toujours proposer plus puissant? Peut-on raisonnablement penser que c’est le seul moyen d’entretenir la flamme du conducteur sportif? Voilà toutefois une spirale dans laquelle les constructeurs allemands se sont enferrés à l’exclusion de tous les autres, dans le jeu puéril de celui qui surenchérit systématiquement à la moindre tentative de suprématie de son rival. Pourquoi croyez-vous que Mercedes offre 585 ch à la version S au lieu des 557 ch que donne déjà la version standard de la nouvelle AMG (soit la puissance de l’ancienne équipée du Performance Package – au départ de 525 ch)? Moins pour les beaux yeux de son client que pour lui proposer une alternative indiscutable aux concurrentes de toujours, l’Audi RS6 et la BMW M5, qui, on s’en serait douté, n’ont toutes deux «que» 560 ch. Les férus de belles mécaniques seraient-ils à ce point restés au stade du gamin à culottes courtes?