Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Fiat 124 Spider : La Dolce Vita

Pour le plus grand plaisir des amateurs de roadsters, Fiat nous ressort une 124 Spider plus séduisante que jamais ! Et qu’importe si la bella machina d’aujourd’hui a du sang japonais…

  • Avis Rédaction 14.18/20

Sommaire :

Le concept

La 124 Spider originelle fête ses 50 ans cette année ! Une occasion immanquable pour Fiat de relancer le modèle, dans une version nettement modernisée. Difficile de savoir néanmoins si la renaissance de cette icône aurait pu avoir lieu sans l’aide des japonais. Sous sa silhouette sexy en diable et ses contours pulpeux, la belle italienne cache en effet des dessous de… Mazda MX-5 ! Une (petite) entaille dans l’image de marque autant qu’un coup de poignard dans le cœur des puristes de la marque de Turin, mais au bout du compte l’assurance pour Fiat de disposer d’une des meilleures bases du genre actuellement disponible sur le marché. Plutôt bien vu, donc.

  • Compromis confort/comportement plaisant
  • Position de conduite soignée, capote pratique
  • Agrément, souplesse du 1.4 Turbo
  • Maintien de caisse/freins en conduite dynamique
  • Boîte automatique réservée à la version Abarth
  • Tarif, en concurrence directe avec la Mazda MX-5

Ce qui change

Comme le roadster nippon, la Fiat 124 Spider est entièrement produite et assemblée dans l’usine Mazda, à Hiroshima… à l’exception du moteur, qui, lui vient d’Italie. En l’occurrence, on parle ici d’un unique 1.4 MultiAir suralimenté, donné pour 140 ch (à 5.000 tr/min) et 240 Nm (à 2.250 tr/min) pour la Fiat, voire 170 ch (à 5.500 tr/min) et 250 Nm (0 2.500 tr/min) pour la version sportive signée Abarth. La boîte manuelle à 6 rapports fournie de série sur les deux versions est aussi japonaise mais elle adopte ici un étagement spécifique, adapté au couple plus généreux du quatorze-cent turbo (le 2.0 de la MX-5 « plafonne » à 200 Nm). Contrairement à Mazda qui ne prévoit rien dans ce sens en Europe pour sa MX-5, la 124 Spider peut aussi recourir à une boîte automatique à 6 rapports (signée Aisin)… une option (à 2.000 €) curieusement réservée à la version Abarth. Côté carrosserie, on remarquera encore qu’en dépit d’un empattement qui reste bien évidemment identique, la Fiat est 14 cm plus longue que la Mazda au niveau des boucliers, de quoi la rendre nettement plus imposante sur le pavé. Un poil plus lourde également, avec un poids minimal annoncé à 1.050 kg.

Comment ça roule ?

Sans pouvoir toucher aux épures – excellentes du reste – dessinées par les japonais, les ingénieurs Fiat/Abarth se sont surtout concentrés sur les réglages de suspension. Comme on pouvait s’y attendre, la 124 Spider revendique un toucher de route plus souple à la base que celui de la cousine d’Hiroshima, de quoi offrir plus de confort sur les mauvais revêtements quitte à se montrer un peu plus lâche en virage. Dans le même ordre d’idée, on note aussi une direction à l’assistance plus marquée, laissant en main un volant plus léger à manipuler au quotidien… mais moins rassurant en conduite dynamique. Il n’en faut pas plus pour nous faire écrire que ce roadster-là semble définitivement plus orienté vers la balade et le voyage que ne l’est son homologue aux yeux bridés. Qu’à cela ne tienne, les sportifs pourront toujours se tourner vers l’Abarth qui, elle, en rajoute même une bonne couche. Echappement tonitruant, suspension raffermie – mais malheureusement pas assez pour assurer la bonne maitrise des mouvements de caisse dans les enchainements rapides – différentiel arrière à glissement limité et freins renforcés, la 124 Spider tatouée du Scorpione fait montre de bien meilleures dispositions pour l’arsouille… sauf peut-être pour ce qui est de la mécanique (1.4 turbo 170 ch), un peu trop timide à notre gout et relativement avare en sensations.

Budget/équipement

Hormis des sièges spécifiques pour les italiennes, tout le mobilier et les équipements de bord sortent à nouveau des tiroirs Mazda. La maison de Turin s’est néanmoins attelée à mettre une vraie touche de raffinement dans l’habitacle, en soignant par exemple la qualité et la couleur de ses cuirs (de série sur la version Lusso) ou en ajoutant quelques inserts contrastés sur la planche de bord et les contre-portes. Pour le reste, les Fiat et Abarth 124 Spider conservent la capote manuelle, à la fois bien isolante et très facile à manipuler de la MX-5. De quoi décapoter sans arrière pensée à la moindre éclaircie. Logistique complexe oblige, les carnets de commandes ne sont ouverts que pour la 124 Spider Lusso – avec airco auto, jantes alliage 17’’, cuir, ect – à 27.290 € au lancement. Une version « basique », dotée d’un peu moins d’équipement est néanmoins prévue pour un peu plus tard, avec un prix avoisinant les 24.000 €. Pour l’Abarth, comptez par contre 40.000 € ! Le prix de l’exclusivité sans doute…

Les concurrentes

Prétendre, comme les italiens le font, que la 124 Spider est une offre unique sur le marché est un peu exagéré… ne serait-ce que parce que sa sœur de plateforme, la Mazda MX-5 existe elle aussi ! Pour le reste, les roadsters à ce niveau de gamme et de prix ne courent pas vraiment les rues. A vrai dire, on n’en voit pas d’autres. Un bon point pour Fiat.

Notre verdict

Dix ans après la Barchetta, la 124 Spider remet la décapotable et le plaisir de conduire au goût du jour chez Fiat. Et qu’importe si le modèle est désormais produit au Japon, le raffinement et le confort sont ici ceux d’un vrai roadster italien. Viva la dolce vita !

Essais liés

Dans cet article : Fiat, Fiat 124 spider

Rédigé par le