Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Que recherchez-vous ?

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais courts / Dacia Duster Facelift - Le pou aux oeufs d'or

Vendu à près de 2 millions d’unités, le Duster jouit toujours d’une popularité éclatante. En évoluant à nouveau judicieusement, ce charmeur malin n’a pas fini de donner des démangeaisons à la concurrence…

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Concept

Au fait, quelle concurrence ? Car l’une des forces du Duster – outre le culte de l’économie et de la simplicité rationnelle cher à toutes les Dacia – est justement de brouiller les pistes : vaste comme un SUV du segment C, mais tarifé comme un modèle du segment B. De façon étonnante, aucun autre constructeur ne s’impose cette tactique, qui s’avère pourtant particulièrement payante : 1.928.070 unités (à la fin juillet 2021) vendues depuis 2010 (et nous ne parlons que des Duster écoulés sous la marque Dacia). Il n’avait évolué qu’une fois, en 2014, avec une profonde refonte esthétique. Ici – il était temps – la marque procède à quelques retouches modernes pour entretenir sa success story.

À l’extérieur, les améliorations se concentrent surtout sur les phares à diodes et leur nouvelle identité en « Y », qui font aussi du Duster la première Dacia à disposer de clignotants à diodes. Cet éco-éclairage, les nouvelles jantes de 16 et 17" ainsi que le nouveau becquet arrière feraient gagner jusqu’à 6 g/km de CO2 au SUV. Voilà pour l’essentiel, le reste n’est que détails, à l’exemple des sections avant des barres de toit désormais en plastique noir, histoire de leur éviter les griffes en usage offroad.

Dans l’habitacle, nouvelle sellerie, nouveaux appuie-têtes (ceux de la Sandero, plus ergonomiques et qui obstruent moins la vue des passagers arrière), mais également une inédite console centrale intégrant un accoudoir réglable (et intégrant, selon la version, deux prises USB en option pour donner du jus aux occupants arrière) et un nouvel écran tactile au centre de la planche de bord. Ce dernier s’étire sur 8" et se décline en deux versions avec ou sans navigation, cette dernière jouant surtout le rôle de duplicateur de smartphone en étant compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Nouveau aussi : les commandes de régulateur se regroupent désormais uniquement sur le volant, au moyen de touches rétroéclairées. Détail subtil : un vrai repose-pied (en métal) soulage désormais le pied gauche.

Conduite

Le Duster a droit à deux générations de moteurs à essence TCe  d’une part le TCe 90 (999 cm3 et injection multipoint); de l’autre le récent 1332 cm3 (injection directe) décliné en 130 et 150 ch. Le premier se décline aussi en version gazée ECO-G 100. Un Diesel subsiste, le dCi 115 ch. Pas de grosse surprise, sinon que la boîte automatique revient dans la gamme, mais uniquement avec le TCe 150, en l’occurrence l’EDC à six rapports dont le calibrage privilégie la frugalité. Ce moulin envoie le Duster à près de 200 km/h chrono.

Essayé sur les routes de l’Oise, il offre pas mal de plaisir malgré des limites conceptuelles sensibles, notamment au niveau de sa direction trop légère ou sa tendance à prendre du roulis. En revanche, sur des routes accidentées, cette souplesse redevient un atout. La position de conduite ne conviendra jamais idéalement aux grands gabarits, mais elle est loin d’être invivable. Car au fil des kilomètres et en dépit de son grand âge, le SUV de Pitesti (Roumanie) se démarque surtout par sa grande facilité, qu’il s’agisse de se traîner en centre-ville, de se lancer pied au plancher sur voie rapide, ou de s’attaquer à une portion non asphaltée.

Si la belle cavalerie lui sied bien, c’est à nouveau l’Eco-G 100 qui nous surprend le plus. Choix économique par excellence, donc tout sauf sensationnel, il jouit pourtant d’une belle petite rondeur pour un mille. Gros changement dans son cas : son réservoir de LPG gagne 16,2 l, soit près de 50 l au total, en plus des 50 litres d’essence. Théoriquement, ce chameau vous promet 1235 km d’autonomie. Royal ! Dacia a aussi mieux soigné la présence du LPG avec un commutateur moderne et un affichage « double jauge » au tableau de bord.

En Belgique, l’importateur conserve le niveau d’entrée de gamme Access, pour proposer le Duster à 13.190 € avec le TCe 90. Les trois autres niveaux (Essential, Comfort et Prestige) élèvent progressivement le tarif pour arriver à un maximum de 22.690 € dans le cas du TCe 150 4WD. La hausse de prix est minime et, de toute façon, Dacia assure que le client en reçoit plus qu’avant. Le très intéressant ECO-G 100, disponible à partir du 3e niveau, s’affiche au même prix que le TCe 90, soit à partir de 16.490 €. Courant 2022, Dacia lancera un haut de gamme (Extreme) à l’allure virilisée (coloris sombres, touches d’orange vif). Et comme de coutume, Dacia n’assomme pas ses clients avec les options : un cuir (artificiel) TPE vaut 700 € et la caméra à 360° seulement… 250 € ! Comment est-ce possible ? Par les choix rationnels de Dacia, comprenez : 4 caméras équipent bien le Duster, mais pour ne pas rendre cette option onéreuse, pas de logiciel de recomposition des 4 images pour une image « vue du ciel ». Il suffit d’appuyer manuellement sur l’écran pour choisir l’angle de vue. Après tout, c’est vrai : la fonction est remplie… pour 50 % du coût.

Verdict

Avant le passage, vers 2024, à une nouvelle génération (partiellement) électrifiée et sans doute un peu moins accessible, le bon vieux Duster offre encore plus d’auto pour un budget quasi équivalent. Certes, il apparaît de plus en plus dépouillé, aussi, face à la nouvelle génération, mais à une époque où les prix des voitures (et de beaucoup de biens) s’enflamment sous la pression électrique, il reste étonnant – et rassurant – de pouvoir s’offrir un bon SUV à ces tarifs. Et avec ses nouveaux logos Dacia (fini le «décapsuleur» sur la calandre et le coffre) à partir de 2022, il sera plus charmant que jamais.

 

  • Look réussi (nouveaux phares)
  • Plus de confort (ergonomie)
  • Plateforme robuste…
  • … mais vieillissante
  • EDC seulement en haut de gamme
  • 4WD uniquement en boîte manuelle

Dans cet article : Dacia, Dacia Duster

NEWSLETTER

VENDRE VOTRE VOITURE AUJOURD'HUI

Essais

Nos essais

Stocks Dacia

Voitures neuves de stock dacia

Occasions Dacia

Les voitures d'occasion dacia

Trouvez l'assurance qui vous convient
  • Trouvez l'assurance qui vous convient

  • Le Moniteur Automobile, en partenariat avec Hopala, vous aide à trouver l'assurance auto qui correspond le mieux à vos besoins.

  • Commencer la recherche