Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

 Audi Quattro offert avec votre abonnement au Moniteur Automobile, formule àpd 48 euros

Audi Quattro offert avec votre abonnement au Moniteur Automobile, formule àpd 48 euros

En savoir +

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW Alpina B3 Bi-Turbo Touring Allrad

Il existe et il existera toujours des gens prêts à mettre la main à la poche, et pas qu’un peu, dans le but de s’offrir un supplément d’exclusivité. Pour les Béhèmistes, il y a de quoi faire chez Alpina.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Les marques de prestige allemandes veulent occuper la moindre niche de marché. Avec l’avalanche de nouveaux modèles qu’elles sortent et les produits sportifs qu’elles proposent (signés RS chez Audi, M chez BMW et AMG chez Mercedes), cet objectif n’a rien d’utopique. Cela n’empêche pas certains préparateurs indépendant de commercialiser leurs propres produits: c’est le cas d’Abt pour Audi, Brabus pour Mercedes et Alpina pour BMW. Les deux derniers ont accédé officiellement au rang de constructeur, ce qui les démarque des autres officines spécialisées en la matière.
Quelle est donc leur stratégie? Il est évident qu’ils doivent (et veulent…) proposer autre chose que les préparateurs maison. Abt, par exemple, joue résolument la carte du sport, alors que Brabus s’intéresse surtout à une clientèle particulièrement fortunée, exubérante et exclusive que l’on trouve essentiellement sur les marchés dits «émergents». Alpina, de son côté, s’est spécialisé dans la personnalisation des BMW, mais dans une tonalité disons plus discrète.
Cela fait plus de 50 ans que Burkard Bovensiepen, fondateur d’Alpina, et ses successeurs proposent des modèles dérivés des BMW de série. Tout a commencé avec un kit carburateur double corps pour la BMW 1500. Aujourd’hui, après avoir trusté les succès en compétition automobile, on en est à des voitures très exclusives, mais toujours dérivées de BMW de production. Et Alpina est parvenu à se faire une (petite) place au soleil sur ce marché à vrai dire très exigu.
Dans le cadre de cet essai, nous nous sommes intéressés à l’Alpina à essence extrapolée de l’actuelle Série 3 (pour la Diesel, voir page 72). Cette voiture est bien entendu mue par le 3.0 biturbo que l’on trouve également sous le capot des Série 3 «normales» les plus puissantes, mais cette mécanique a été retravaillée par les spécialistes d’Alpina. Elle est disponible dans la berline comme dans le break Touring. En version coupé, la voiture s’appelle maintenant B4, par analogie avec la récente Série 4 du constructeur de Munich. Il n’existe pas d’Alpina «3» à carrosserie GT, mais cela changera peut-être à l’avenir, à moins qu’Alpina préfère exercer ses talents sur une Série 4 Gran Coupé…
Les marques de prestige allemandes veulent occuper la moindre niche de marché. Avec l’avalanche de nouveaux modèles qu’elles sortent et les produits sportifs qu’elles proposent (signés RS chez Audi, M chez BMW et AMG chez Mercedes), cet objectif n’a rien d’utopique. Cela n’empêche pas certains préparateurs indépendant de commercialiser leurs propres produits: c’est le cas d’Abt pour Audi, Brabus pour Mercedes et Alpina pour BMW. Les deux derniers ont accédé officiellement au rang de constructeur, ce qui les démarque des autres officines spécialisées en la matière.
Quelle est donc leur stratégie? Il est évident qu’ils doivent (et veulent…) proposer autre chose que les préparateurs maison. Abt, par exemple, joue résolument la carte du sport, alors que Brabus s’intéresse surtout à une clientèle particulièrement fortunée, exubérante et exclusive que l’on trouve essentiellement sur les marchés dits «émergents». Alpina, de son côté, s’est spécialisé dans la personnalisation des BMW, mais dans une tonalité disons plus discrète.
Cela fait plus de 50 ans que Burkard Bovensiepen, fondateur d’Alpina, et ses successeurs proposent des modèles dérivés des BMW de série. Tout a commencé avec un kit carburateur double corps pour la BMW 1500. Aujourd’hui, après avoir trusté les succès en compétition automobile, on en est à des voitures très exclusives, mais toujours dérivées de BMW de production. Et Alpina est parvenu à se faire une (petite) place au soleil sur ce marché à vrai dire très exigu.
Dans le cadre de cet essai, nous nous sommes intéressés à l’Alpina à essence extrapolée de l’actuelle Série 3 (pour la Diesel, voir page 72). Cette voiture est bien entendu mue par le 3.0 biturbo que l’on trouve également sous le capot des Série 3 «normales» les plus puissantes, mais cette mécanique a été retravaillée par les spécialistes d’Alpina. Elle est disponible dans la berline comme dans le break Touring. En version coupé, la voiture s’appelle maintenant B4, par analogie avec la récente Série 4 du constructeur de Munich. Il n’existe pas d’Alpina «3» à carrosserie GT, mais cela changera peut-être à l’avenir, à moins qu’Alpina préfère exercer ses talents sur une Série 4 Gran Coupé…
 

Dans cet article : Bmw Alpina, Bmw Alpina B3