Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous  >>

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous >>

C'est parti

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW Z4

Après le coupé-cabriolet, BMW se laisse tenter par le roadster-coupé. Pour monter en gamme, Munich se résout à suivre la voie tracée par la Mercedes SLK depuis 13 ans.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

À moteur et transmission identiques, le coupé roadster pèse 120 kg de plus que le roadster qu'il remplace. Le supplément de poids est à mettre sur le compte des deux modules en alu du toit motorisé de conception nouvelle, d'une carrosserie allongée, mais aussi extrêmement rigide. Le Z4 arbore des formes souples qui viennent adoucir les lignes tranchées héritées de Chris Bangle. Et, première s'agissant d'une voiture de sport, le coup de crayon est féminin.

La silhouette du toit rigide flatte les proportions du Z4. On s'y assied bas, très près du plancher. La disparition du frein à main au profit d'un électrique a donné beaucoup de liberté pour «étaler» le poste de conduite, où le clair rencontre le foncé en dessinant des courbes qui abaissent la ligne d'horizon. La voiture a la faculté de s'ouvrir au plein air en 20 secondes et de nous remettre à couvert dans un cocon douillet parfaitement insonorisé dans le même laps de temps.

Le réglage de ses suspensions donne un compromis question confort que le cabrio Z4 était à des années-lumière d'offrir. Le tarage de base du modèle sortant se situe, par la dureté, entre les modes Sport et Sport + du châssis M adaptatif, une option présente sur la seule version que nous ayons conduite, la sDrive35i. Difficile de ne pas se laisser subjuguer avec 306 ch et 400 Nm sous le pied, propulsé par le Twin Turbo à injection directe d'essence, cadencé par les 7 rapports que compte la boîte robotisée à double embrayage…

Le sens critique s'émousse lorsque le plaisir de conduite repose sur tous les superlatifs: une rigidité structurelle record, une suspension filtrante et très bien amortie, un équilibre dynamique de haute tenue posé sur les meilleurs runflat du marché et, last but not least, le 6 cylindres de 3 litres suralimenté le plus musical de la planète. Surtout quand c'est une de toutes bonnes boîtes robotisées qui fait le tempo.

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur automobile 1443 du 15 avril 2009.

Dans cet article : BMW, BMW Z4