Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur les voitures "vertes" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW Z4 20i

La Z4 n'est que depuis 2 ans sur le marché et la voilà déjà sérieusement remise à jour techniquement. Un nouveau 4 cylindres turbocompressé vient porter l'estocade aux 6 cylindres.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

La perte de deux cylindres signifie donc un peu moins de puissance, mais grâce au turbo twinscroll «intelligent», le temps de réaction de la turbine est ramené au minimum : le couple maximum s'en trouve amélioré; déjà atteint à 1250 tr/min, il reste disponible jusqu'à 4500 tr/min (4800 dans le 28i). Aucun Diesel ne fait mieux. Ça tombe bien : BMW ne veut pas de Z4 Diesel. Fort heureusement, il mettra en revanche sur notre marché une 20i ramenée à 163 ch, donc à la TMC divisée par deux.

Mais pour le client, la meilleure nouvelle, c'est que le plaisir de conduite reste intact. Le 20i brille par sa souplesse et son caractère volontaire, et ce dès les plus basses rotations. Si le chant lyrique des 6 cylindres a disparu, le sifflement du turbo, le chuintement de la soupape de décharge accompagnant les changements de rapports et les borborygmes de l'échappement au lever de pied ne manquent pas non plus de séduction. Deux petits bémols tout de même : la courbe de couple s'infléchit très sensiblement au-dessus de 5000 tr/min et l'étagement de la boîte manuelle apparaît trop long pour un roadster à la fibre sportive.

Le nouveau 4 cylindres turbocompressé sonne le glas des 6 cylindres atmosphériques, mais il n'y a pas de quoi en faire une dépression : le plaisir de conduite n'y a rien perdu et, en prime, la consommation a nettement baissé.

Dans cet article : BMW, BMW Z4

Rédigé par le

Les concurrentes