Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes !  Let’s do it !

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes ! Let’s do it !

S'inscrire

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai comparatif / BMW X6 contre Mercedes GLE : les SUV mis à sac!

L’ADN du 4x4 est pillé par un mutant! Le Sport Utility Vehicle (SUV) se transforme en Sport Activity Coupé (SAC). Premier du genre, le X6, sorti des rangs du BMW X5 en 2008. Aujourd’hui, il est copié par l’héritier du Mercedes Classe M, le GLE, qui devient ici GLE Coupé. Le mimétisme est tel que ces deux rivaux désignés se confondent dès leur version de base, des Diesel 3 litres et de puissance identique.

Sommaire :

Il y a déjà 7 ans que le X6 avait déforcé le concept BMW du SAV (Sport Activity Vehicle) en essayant le SAC (Sport Activity Coupé). En mieux, pour ceux qu’il a séduits d’emblée. En pire pour ceux qui n’aimaient déjà pas les SUV. C’était un modèle plus comparable à un coupé-berline surélevé, davantage calqué sur la pure voiture de sport, sorte de déviance futile susceptible, tout à la fois, de mieux provoquer les frissons de plaisir au volant d’un gros 4x4 routier et l’émoi esthétique (si, si!) en lui tartinant une bonne couche de luxe sur et sous le paletot. Le bilan de ses 7 premières années de carrière est positif: le X6 s’est vendu à 260.000 unités; c’est peu à l’échelle de la planète, mais considérable à l’échelle des prix pratiqués. On comprend qu’il ait été imité par un premier émule plus bas dans la hiérarchie de la gamme: le X4.

L’apparition de ces nouvelles carrosseries vient de la volonté de certains de donner de la consistance et de la visibilité à leur voiture – qui demeure un objet de statut social – sans nécessairement passer par le 4x4 massif et carré. En clair, ces nouveaux riches – de vieux pays ou de nations émergentes – préfèrent pratiquer la gonflette en restant bas de plafond. D’autres constructeurs partent d’une architecture de break ou berline pour arriver à un résultat similaire. C’est le cas de Citroën avec sa gamme et nouvelle branche de luxe DS ou, même, ça l’est déjà quand Volvo «crossoverise» les V40, V60 et S60 en autant de variantes Cross Country. Mais nous sommes ici plus haut dans la sphère des prix, notamment chez Mercedes, qui, inconditionnel du SUV, accouche coup sur coup des GLA, GLC, GLE Coupé dans la foulée du remplaçant du Classe M (ML), le GLE. Grâce à cette rafale de nouveautés apparentées conceptuellement au SAC (excepté le GLE), le constructeur à l’étoile cherche à prendre BMW de vitesse. 

A l’image de son prédécesseur, le X6 de 2e génération (lancé fin 2014) est strictement dérivé du X5 qui lui est contemporain. Plus bas et large, le «coupé» 5 portes a ses proportions. Mais il part toujours de la même plateforme avec un empattement inchangé, et des mêmes moteurs de pointe (aux émissions de CO2 encore réduites). Dotation apparentée à celle du X5 mais rehaussée de deux packs spécifiques: Design Pure Extravagance (coquilles de rétros argentées, intérieur bicolore en cuir Nappa foulé) et M Sport (plus classique chez BMW, standard sur le Diesel triturbo M50d et pour la première fois en option sur les autres X6). Un coloris à effet pailleté inédit vient compléter une palette riche de 10 teintes, le Sparkling Storm. En fonction de la lumière, les particules fixées dans cette peinture ajoutent au brun-noir de base – assez indéfini d’ailleurs – des chatoiements verts ou dorés. 

Le GLE Coupé affectionne tout autant les incrustations de chrome et les détails qui flashent… Ainsi, une option prévoit une couronne de diodes éclairant le contour de l’étoile de calandre (uniquement à l’ouverture/fermeture des portes – ouf!). Mercedes réserve aussi des coloris extravagants pour ce modèle, notamment les blanc diamant bright et rouge jacinthe métallisé de la palette designo. Dans les teintes métallisées, il y a le marron citrine et le bleu cavansite.

Comme le X6 par rapport au X5, le GLE Coupé est plus bas de pavillon que le GLE (de 65 mm, sachant qu’il est dépourvu de barres de toit alors que le GLE en porte toujours). Le Coupé se révèle de surcroît plus large encore que le 5 portes dont il dérive, de 68 mm et de 62 mm mesurés, respectivement, au niveau des ailes et de la voie arrière. Ce gros insecte «tout en hanches» est donc taillé pour la conduite dynamique et se veut dès lors l’égal du X6. Le Mercedes met d’ailleurs tous les atouts de son côté pour qu’il en soit ainsi. Au point de fondre ses proportions dans celles du BMW. Il s’autorise même à déborder – de peu, mais déborder quand même! – le bavarois sur la largeur (de 14 mm) et sur la hauteur (de 29 mm) tout en étant près de 2 cm plus court sur l’empattement et plus large d’autant (18-19 mm) sur les voies.

Rédigé par le