Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

CALCULE TAXE

Connaître dès maintenant le montant des taxes de ma nouvelle voiture privée

CALCULER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / BMW 118i : Changement de philosophie

Jusqu’ici dernier défenseur de cette architecture au sein du segment des compactes, BMW a fini par renoncer à la propulsion pour sa nouvelle Série 1! Un sacrilège pour certains, mais une évolution qui passera inaperçue d’une majorité de clients… Explications par l’essai de la 118i.

  • Avis Rédaction 15.89/20

Sommaire :

A quoi bon s’échiner à maintenir une architecture spécifique au nom de l’agrément de conduite dynamique dans une catégorie où la majorité de la clientèle ne semble pas ou plus intéressée par ce genre de considération? C’est en partant de ce constat que la nouvelle Série 1 – la troisième du nom – a fini par perdre sa spécificité technique, sous prétexte d’évoluer vers plus de confort et d’homogénéité. L’autre argument, moins affiché, mais nettement plus recevable, est que BMW rationalise de la sorte ses investissements en n’employant plus qu’une seule plateforme pour toute sa gamme compacte, y compris celle de Mini. Au risque de fâcher les puristes et les amoureux de la propulsion – qui ne manqueront pas de prendre soin de leurs modèles E87 (2004-2011) ou F20 (2011-2019), lesquels prendront sans doute un peu de valeur –, la Série 1 est donc devenue une pure traction! Un risque très modéré, selon BMW, qui prétendait déjà en 2010 vendre 80% de ses Série 1 à des personnes persuadées d’avoir affaire à un modèle à roues avant motrices…

  • Compromis confort/comportement dynamique
  • Ensemble 1.5/boîte 6 très convaincant
  • Insonorisation de haut niveau
  • Habitabilité en hausse (surtout à l'arrière)
  • Position de conduite, ergonomie globale
  • Perte de personnalité (traction, style «adouci»...)
  • Direction peu communicative
  • Commande de boîte sans saveur
  • Aides à la conduite parfois intrusives
  • Mesquineries d'équipement

Dans cet article : BMW, BMW Série 1

Rédigé par le

Les concurrentes