Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes !  Let’s do it !

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes ! Let’s do it !

S'inscrire

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai comparatif / BMW Série 1, Mercedes Classe A, Mini 5 portes et Volkswagen Golf : Les portes de la gloire?

Non contente de grandir dans sa nouvelle variante Hatch, la Mini se décline maintenant aussi en 5 portes à l’empattement étiré. Si la manoeuvre entend lui ouvrir les portes du succès, elle la positionne aussi face aux modèles compacts des marques «premium», comme la BMW Série 1 ou la Mercedes Classe A. Voire face aux berlines compactes des généralistes, représentées ici par la Golf. Trouvera-t-elle sa place ?

Sommaire :

Difficile, pour une marque «branchée» comme Mini, de ne pas suivre la dernière mode. Du moins en théorie. Mais quand la tendance du moment est à la multiplication, quasiment frénétique, du nombre de modèles dans sa gamme, l’exercice devient tout de même périlleux en pratique. Comment Mini, «marque-modèle» par excellence, pourrait-elle sortir de sa monoculture afin de satisfaire la prétendue soif de diversité des consommateurs? Si la précédente génération de Mini s’était déjà attelée à proposer une palette de carrosseries plus vastes, notamment en surfant sur la vague de SUVéfication avec ses Countryman et Paceman (sans parler des multiples autres versions bi-places), la nouvelle mouture accélère la manoeuvre. Tout en changeant de cap: cette fois, avant les versions cabriolet et coupé/roadster privilégiant les plaisirs solitaires, Mini pense d’abord aux familles (et/ou souhaite enfin brasser plus large…). Avant de la proposer en break Clubman d’ici peu, Mini propose ainsi une inédite carrosserie à cinq portes de sa célèbre citadine. Un sacrilège? Inutile de nier l’évidence plus longtemps: «mini», la Mini ne l’est déjà plus depuis belle lurette. Quitte à se libérer du carcan d’une carrosserie rikiki, pourquoi ne pas bénéficier aussi des avantages pratiques liés à l’ajout d’ouvrants? D’autant plus que le supplément requis reste dans les limites du raisonnable: 1.500 €. C’est certes plus que les 650 € et 800 € demandés par Volkswagen et BMW pour les ouvrants arrière de leurs Golf et Série 1 (la Classe A n’existe qu’en 5 portes). Mais, dans ce cas-ci, on bénéfi cie aussi d’un bonus de 16 cm de carrosserie. Malgré cet allongement pour le moins conséquent, la Mini 5 portes reste néanmoins sous la barre symbolique des 4 mètres, à 3,98 m exactement. Ce gabarit la situerait, en théorie, face à la horde des petites polyvalentes. En pratique, son penchant pour l’univers «premium» et sa grille tarifaire salée la destinent plutôt à batailler avec les modèles du segment supérieur. Avec, du coup, l’avantage de se positionner comme la plus «mini» du lot…

Rédigé par le