Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Audi Q7 3.0 TDI

Après 10 ans d’une carrière sans grande remise en question, l’Audi Q7 confie à son premier successeur plus que la totalité des progrès et innovations consentis par les 3 générations des 2 modèles rivaux. Premier constat: le fardeau aurait allégé le plus gros SUV de la marque aux anneaux. Mais encore ?

  • Avis Rédaction 16.20/20

Sommaire :

Le dernier venu dans le segment du gros SUV allemand aurait fermé la porte derrière lui. La carrière du Q7 tend en tout cas à prouver qu’il a commis l’erreur d’arriver tard (2006), bien après le pionnier (Mercedes ML), son suiveur (BMW X5) et ses cousins (Porsche Cayenne, Volkswagen Touareg). L’année de son lancement précédait de peu celle de l’apogée de cette niche du marché haut de gamme. Le Q7 n’en profi ta pas longtemps, la crise et la désaff ection pour les grands 4x4 venant rapidement tasser ses ventes mondiales. Contrairement à ses homologues construits aux Etats-Unis (Mercedes, BMW), il est fabriqué comme le Touareg à Bratislava et n’a pas pu se laisser porter par le sursaut du marché américain. Au passage, ça prouve qu’en dépit de tous ses efforts de qualité, Audi n’a pas l’image de Porsche, alors que le Q7 était mieux construit que le Cayenne de première génération.

  • Confort d’habitacle, de suspension…
  • Agilité et vivacité (4 roues directrices)
  • Comportement tous types de conduite
  • Performances, agrément du V6 TDI tiptronic
  • Sièges du 3e rang utilisables et escamotables
  • Qualité et présentation sans faille
  • Freins peu endurants
  • Poids imposant, malgré l’allègement
  • Encombrement en ville (plus de 5 m de long)
  • Pas vraiment plus frugal en gazole qu’avant
  • Options mesquines à ce niveau de gamme
  • Prix du véhicule correctement équipé...

Dans cet article : Audi, Audi Q7

Rédigé par le

Les concurrentes