Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Maserati Levante GTS & Tropheo : Le Trident le plus performant

Le Levante est le modèle à succès de Maserati. Le SUV étant devenu le porte-drapeau de la marque, Maserati lui greffe ce qu’il a de mieux comme moteur: le V8 biturbo 3,8 litres Ferrari, en deux versions: GTS (530 ch) et Trofeo (580 ch).

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

En 3 ans, le SUV Levante a pris le pouvoir chez Maserati, réalisant 52% des ventes de la marque. « C’est même 70% en Europe, il nous a permis de dépasser des 50.000 voitures vendues en 2017 », confie Matthieu Berne, le directeur du marketing de Maserati West Europe. Afin d’éviter que le modèle s’essouffle et pour répondre à une demande de la clientèle, le constructeur italien introduit deux versions plus affûtées de son 4x4, les Trofeo et GTS. A 580 ch, Trofeo est le troisième SUV le plus puissant du marché: seuls le Grand Cherokee Trackhawk de 717 ch et le Lamborghini Urus de 620 ch font mieux.

Ce qui change

Le moteur, bien sûr. « Trofeo et GTS reçoivent le V8 Ferrari qui équipait la Quattroporte, poursuit le Français, avec une version axée sur l’élégance pour le GTS et une version plus affirmée pour le Trofeo ». Un plus gros moteur demandant un meilleur refroidissement, les ouïes sur le bouclier sont plus larges et agrémentées d’ailettes en carbone. Des ouïes que l’on retrouve aussi sur le capot, rien que pour la version la plus puissante.

Avec le V8 biturbo, les performances font un bond en avant: 300 km/h en vitesse de pointe et de 0 à 100 en 4,1 s. Cinq modes de conduite sont disponibles: Off Road, I.C.E (qui optimise la consommation), Normal, Sport et Corsa. Ce dernier fait baisser la garde au sol de 30 mm, déconnecte l’ESP et permet d’activer le launch control pour opérer un démarrage en trombe en appuyant à fond sur l’accélérateur tout en bloquant le frein du pied gauche; lâchez le frein et c’est parti pour un départ type F1. Pas vraiment utile, mais le mode Corsa a été pensé pour s’amuser sur circuit en profitant des performances du châssis et du moteur équipé d’une boîte séquentielle ZF à 8 rapports.

Enfin, Trofeo et GTS sont équipés de l’IVC (Integrated Vehicle Control): « Un système préventif de gestion de la trajectoire, explique Matthieu Berne. Avec ses 2.300 kg, on est vite emporté par le Levante et, pour éviter les interventions de l’ESP, nous avons conçu ce système qui détecte une arrivée en courbe trop rapide et qui corrige anticipativement le régime du moteur et la vitesse de rotation des roues, avant que la dérive se produise ». Des roues de 22”, ça aussi, c’est nouveau.

Un des points faibles du SUV Maserati à sa naissance était la finition. Pour ces deux nouvelles versions, haut de gamme, le constructeur italien a corrigé le tir : cuir pleine fleur pour la sellerie, Logo Trofeo brodé sur l’appuie-tête et garniture en carbone pour la console centrale et le levier de vitesse.

Comment ça roule

Première impression à l’allumage: le bruit. Envoûtant! La deuxième, c’est la fermeté du volant et des pédales: tout est très direct, les sensations sont franches, principalement en mode Sport, qui accentue la réactivité des commandes. Impressions confirmées sur les routes de Toscane autour de Modène et dans la montagne, quel que soit le type de route, le Levante a toujours été impérial: direction à assistance électrique, accord moteur/boîte, transmission intégrale avec répartition du couple AV/AR jusqu’à 50/50: le Trofeo sait faire oublier ses 5 mètres et son poids. Le mode Sport procure une réelle efficacité à la voiture, dont on peut aussi durcir les suspensions. Les amateurs de confort privilégieront la cartographie Normal, qui donne plus de souplesse, mais sans perdre le côté viril. Bien sûr, ça consomme: Maserati annonce 13 l/100 km et 309 g/km de CO2.

Notre parcours prévoyait aussi un passage dans une carrière, de quoi mettre à l’épreuve les capacités tout terrain du SUV italien. «Comme c’est un SUV sportif, il fallait qu’il soit crédible sur la route, mais aussi en dehors, précise le directeur du marketing; il y a donc eu une réelle collaboration avec les ingénieurs de Jeep, qui fait aussi partie du groupe FCA.» Eh bien, chapeau! En mode Off Road, la voiture s’élève de 40 mm. Il y a 6 hauteurs différentes entre les modes Corsa et Off Road, plus 40 mm vers le haut et moins 45 vers le bas et, grâce à son couple de 730 Nm, le Levante passe partout. L’instructeur nous emmène devant une montée impressionnante, faite de terre et de gravier. Difficile de croire que ça va passer. On met les gaz, vu l’inclinaison, le capot masque la vue et pourtant, ça passe. Même endroit, dans l’autre sens, effet «montagnes russes». On enclenche l’assistant de descente, on lâche tout, la Maserati crapahute, bloquée à 5 km/h et descend en toute décontraction sans équipement pneumatique particulier.

Notre verdict

Bilan : une voiture très aboutie, polyvalente, extrêmement performante, disponible dès l’automne à partir de 138.900 € en GTS et 159.200 € en Trofeo.

Rédigé par le