Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Lancia Flavia

Après le Voyager et la Thema, le cabriolet Flavia est la troisième Chrysler à se voir rebadgée en Lancia. Au programme : beaucoup d'Amérique, mais... peu d'Italie.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Bien qu'il en reprenne le nom, ce cabriolet n'a évidemment rien à voir avec l'emblématique Flavia des années 60, bien au contraire. Sous sa robe légèrement retravaillée, on distingue les traits de la Chrysler 200C (c'est-à-dire de la Sebring Convertible restylée) dont elle est la copie conforme. Ou presque. À l'inverse de la Sebring ou de la 200C, elle fait l'impasse sur le toit rigide escamotable pour ne plus proposer qu'une capote souple plus en rapport avec le classicisme esthétique prôné chez Lancia.

La Flavia est un clone non pas de la Chrysler Sebring Convertible, mais bien de la 200C. Et c'est là toute la différence, parce que cette dernière a bénéficié de sérieuses évolutions lorsqu'elle a été restylée et rebaptisée. L'habitacle de la Flavia est plutôt confortable. Les sièges sont moelleux et la banquette arrière s'avère nettement plus accueillante et confortable que celle des autres grands cabriolets à 4 places de cette taille. Seule déception : le coffre est moins vaste qu'il n'en a l'air. Les premiers tours de roues laissent découvrir un cabriolet confortable et taillé pour les balades en toute décontraction.

Avec son exécution unique et son 2,4 litres à boîte automatique, il est évident que la Flavia ne nourrit pas de grandes ambitions commerciales en Europe. Et ce n'est d'ailleurs pas son objectif, même si elle peut déjà compter sur un rapport habitabilité/prix/équipement alléchant. Modèle de transition, elle est surtout là pour occuper le terrain en attendant le prochain modèle prévu pour dans 2 ans et qui se déclinera alors à la fois en berline et en cabriolet. La base sera toujours signée Chrysler, mais on imagine aisément qu'elle laissera cette fois plus de latitude pour adopter les traits de caractère latins (esthétiques surtout) que l'on est en droit d'attendre d'une Lancia.

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1527 du 11 juillet 2012.

Dans cet article : Lancia, Lancia Flavia

Rédigé par le