Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW M850i 2019 – Le Freude am Fahren est de retour

On peut dire qu’elle s’est fait désirer cette Série 8. Il aura fallu près de 30 ans pour que BMW récupère ce badge sur ses étagères. Cela dit, oubliez l'ancienne Série 8 car les objectifs pour ce nouveau modèle étaient totalement différents de ceux de son prédécesseur.

  • Avis Rédaction 14.73/20

Sommaire :

Le concept

En 1991, la BMW 850 avait eu la lourde tâche de prendre la succession de la Série 6. Ce qui n’était pas simple car il faut rappeler que la BMW 635 avait remporté à l’époque de nombreux succès en compétition chez les voitures de tourisme. Or, avec la 850i animée par un V12 pompeux, on ne peut pas dire que le contrat avait été totalement rempli. C'était d'ailleurs l'idée de BMW: tirer ce modèle vers les sommets du luxe. Pas étonnant dès lors que l'accueil de ce grand coupé avait été un peu froid. Et du coup, si elle est aujourd’hui relativement populaire, c’est surtout par la nostalgie qu’elle dégage. Aujourd’hui, l'époque n'est évidemment plus la même et pour BMW, il s'agissait d'abord de concevoir un successeur à la Série 6. Il ne faut donc pas chercher plus loin la raison d'être de la nouvelle 850. A cette différence toutefois: la démarche de BMW n'a aujourd'hui plus rien de commun avec celle pour la Série 8 de 1991.

L’architecture de la nouvelle Série 8 est totalement différente de celle de la Série 6 qui vient de terminer sa carrière. Car BMW utilise ici le châssis de la Série 7 et donc la plate-forme CLAR. Une solution technique qui permet évidemment de placer son coupé phare plus haut dans la catégorie et de venir ainsi concurrencer la Mercedes S Coupé. Avec sa ligne racée, la nouvelle Série 8 se veut plus imposante... ce qui n'est en fait pas le cas. Car cette nouvelle venue est plus compacte que l'ancienne 6: 4,85 m, c’est en effet 4 cm de moins en longueur pour une largeur seulement plus généreuse de 1 cm (1,9 m). La hauteur est elle aussi réduite de 2 cm (1,34 m) tout comme l'empattement qui est plus court de 3 cm, à 2,82 m.

Ce qui change

La M850i ​​– attention, ne confondez pas, ce n'est pas encore la M8 – affiche une ligne de coupé traditionnel, portée par de grands effets de style. La cellule habitable met, elle, l’accent sur le conducteur. BMW avance que son coupé est un « 2+2 » ce qui semble un peu exagéré. Certes, les il y a bien deux places à l'arrière, mais en pratique, il est quasiment impossible de s’y asseoir. On comprend toutefois que pour la clientèle ce n'est pas vraiment un problème. D'autant que dès la mi-2019, la gamme Série 8 accueilliera une version Gran Coupé de cette Série 8 qui disposera de 2 portes supplémentaires et d'un empattement plus long.

Oubliez le gros V12 de 1991 qui a été abandonné pour d'évidentes raisons d'émissions. BMW mise désormais sur le V8 de 4,4 litres qui, grâce à ses gros turbocompresseurs, offre 68 ch de plus, soit 530 ch de 5500 à 6000 tr/min. Le couple grimpe de 100 Nm à 750 Nm obtenus constamment de 1800 à 4600 tr/min. De quoi exécuter le 0-100 km/h en 3,7 s pour une vitesse de pointe évidemment limitée à 250 km/h. La transmission intégrale xDrive est de série, tout comme la boîte automatique à 8 vitesses.

Comment ça roule

BMW voulait que cette Série 8 soit une voiture à conduire. Et bien, on peut d'emblée vous dire que le constructeur n'a pas menti comme nous avons pu le découvrir sur le circuit d’Estoril au Portugal. Au départ, on pensait qu’avec 2 tonnes, ce coupé trouverait rapidement ses limites sur une piste. Mais pas cette 850i. De quoi confirmer l’adage de BMW « Freude am Fahren », ce qui est évidemment très réjouissant. Au volant de ce coupé, on se prend au jeu et, rapidement, on soigne ses points de freinage autant que ses trajectoires. Idéalement, on peut même freiner avec le pied gauche à l’intérieur du virage afin d’appuyer le nez. Une fois que c’est fait, on peut rouvrir les gaz en grand, la transmission intégrale xDrive s’occupant d'équilibrer la voiture. Sur le mode de conduite Sport +, l’échappement est de surcroît complètement libéré, ce qui laisse aussi avec une sonorité du plus bel effet jusqu'à plus de 7000 tr/min. Et ce plaisir acoustique n’est pas conditionné qu’au monde Sport+. Car l'échappement sport peut être enclenché manuellement, soit via la console ou directement sur le volant multifonctions. Deux remarques à épingler toutefois: une lecture complexe de l'affichage tête-haute et une instrumentation numérique qui n'est pas toujours claire.

les vitesses atteintes sur la piste d’Estoril sont étonnantes. Et malgré le poids, l'agilité dont fait preuve cette 850 nous scotche aussi. Ce plaisir se retrouve aussi sur la route même s'il faut épingler un confort qui n'est pas celui d'une Classe S Coupé. Mais ça s'explique, notamment par le choix de roues de 20 pouces. Avec de telles enveloppes, seul un vrai « billard » fait passer la pillule.

Budget

BMW place la barre haut pour la M850i, qui devrait coûter autour des 130.000 €. La 840d (Diesel 6 cylindres 3 litres, 320 ch) sera plus accessible : 102.000 €. Quoi qu'il en soit, pour une fois, nous devons dire que BMW n'a pas été chiche sur l'équipement de série. Par exemple, la sellerie en cuir est fournie d’office aussi bien pour les sièges que pour le tableau de bord ou les contre-portes. L'amortissement adaptatif, la direction à quatre roues et le différentiel arrière M Sport sont également inclus, de même que les jantes de 20 pouces, l’éclairage LED adaptatif et le système de navigation.

Notre verdict

BMW repositionne cette Série 8 en tenant cette fois compte des valeurs historiques de la marque et de la première 635 en particulier. Si Mercedes joue la carte du confort avec sa Classe S Coupé, la Série 8 est à considérer comme le choix des sportifs. En cela, c'est un peu un retour en arrière. mais dans le bon sens du terme: le mond est en effet redevenu comme il était il y a 40 ans de cela. Bravo !

  • Vraiment dynamique, malgré le poids
  • Moteur délicieux, performances intéressantes
  • Bel équipement de série
  • Inconfortable sur mauvaises routes
  • Visibilité à l'arrière
  • Banquette arrière limitative

Dans cet article : BMW, BMW Série 8

Rédigé par le