Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Le salon de l'auto depuis votre salon - C'est facile de choisir!

Le salon de l'auto depuis votre salon - C'est facile de choisir!

découvrir

Industrie et économie / Bentley : production « made in England » incertaine

La fin de la production des Bentley au Royaume-Uni est peut-être proche. C’est ce que laisse entendre le big boss de la marque si le pays se décide vraiment à couper les ponts avec l’Europe dans les mois à venir.

Sommaire :

Au salon de Genève, si Bentley a mis en avant ses nouveautés et a évoqué les futurs modèles, le constructeur a également été très clair en ce qui concernait les décisions à prendre en cas de Brexit sans accord commercial. Wolfgang Dürheimer, le big boss de Bentley, ne s’est en effet pas gêné pour faire quelques déclarations fracassantes. Elles auront sans doute troubler quelque peu le gouvernement britannique.

Craintes fondées

Concrètement, l’homme fort de Bentley a laissé entendre que si le Royaume-Uni ne signait aucun accord de libre échange avec l’Union européenne, le constructeur n’aurait d’autre choix que de transférer la production sur le continent européen. Cela dit, Wolfgang Dürheimer regretterait bien sûr l’abandon de Crewe. Car, il sait à quel point la marque est attachée à ce site de production. Mais, d’après lui, il faut reconnaître que l’Europe est le premier marché de Bentley et que la marque repose aussi sur sa maison-mère ; le groupe Volkswagen apportant énormément en termes de technologie et de compétences humaines. En d’autres mots, Wolfgang Dürheimer estime que le succès de Bentley repose en grande partie sur la liberté de circulation des salariés entre les pays de l’Union européenne. À Genève, il a toutefois confirmé qu’il se donnait le temps de la réflexion en déclarant : «  J’ai entre neuf et douze mois pendant lesquels je peux attendre et voir ce qui se passe. Ensuite, je devrai prendre des décisions. Car, quand j’y pense, tout est lié aux futurs modèles ». Voisins anglais, vous êtes prévenus !  

Dans cet article : Bentley

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.