Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Audi Q3 : Dans la lignée

Dernier SUV de la gamme Audi à être renouvelé, le Q3 tient à retrouver sa place dans un segment disputé en misant sur les technologies, le confort et, c’est nouveau, l’habitabilité.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le Concept

Le nouveau Q3 reste fidèle à l’architecture modulaire MQB de la Golf (ou de la A3), ce qui signifie qu’il porte ses moteurs transversalement comme l’A3 et non longitudinalement comme le Q5. Cette acquisition lui garantit un accès aux dernières technologies qu’elles soient de connectivité, d’équipement ou d’ensembles moteurs/boîtes.

La plus grosse évolution du Q3 tient incontestablement dans sa taille. L’engin s’est en effet nettement étiré : de 10 cm en longueur, de 2 cm en largeur pour un empattement accru de près de 8 cm. Objectif : améliorer l’habitabilité – un des points faibles de l’ancien modèle – et les aspects pratiques. Comme la petite A1 récemment dévoilée, le Q3 montre aussi un nouveau visage. Moins rondouillard, il est plus anguleux, plus agressif et pour tout dire plus personnel et agréable car il sort enfin de l’interminable spirale des copier/coller auxquels nous a habitué la marque pendant de trop nombreuses années. À ce sujet, on remarquera l’épaulage marqué des ailes arrière qui confère une belle impression de robustesse et de dynamisme.

La première impression est excellente car il est vrai que l’on dispose de nettement plus de place, notamment à l’arrière au niveau des jambes. Bon point : Audi s’inspire des monospaces pour la modularité intérieure. Du moins en partie avec la proposition d’une banquette coulissante sur 15 cm qui optimise tour à tour le coffre ou l’espace dévolu aux passagers. Compte tenu de l’augmentation de la longueur, le volume de coffre progresse de 460 l à 530 l (540 l pour le Q5) voire même 675 l. Des valeurs étonnantes, mais qui s’expliquent par le concours de la banquette coulissante.

Ce qui change

Mécaniquement, le Q3 n’est vendu qu’avec des 4-cylindres essence et Diesel. Il y a a priori peu de chance pour que la gamme soit élargie vers le bas auquel cas il faudrait alors introduire un 3-cylindres, ce qui ne semble pas prévu. À l’inverse, une version RS Q3 serait belle et bien en préparation, toujours avec le 5-cylindres TFSI. En attendant ce gros calibre, Audi propose en essence le 1.5 TFSI de 150 ch (250 Nm) et le 2 litres TFSI de 190 ch (320 Nm) ou 230 ch (350 Nm) avec la nouvelle dénomination 35, 40 et 45 TFSI. Du côté Diesel, l’offre est réduite à 2 propositions tournant autour du 2 litres Diesel avec 150 ch (340 Nm) ou 190 ch (400 Nm) et respectivement appelé 35 et 40 TDI. Seul le moteur de base 35 TFSI est proposé en boîte manuelle et traction, l’autre boîte manuelle était réservée au 35 TDI Quattro. Le reste de la gamme se partage selon les finitions la boîte robotisée S-Tronic à 7 rapports et la transmission intégrale Quattro (Haldex de 5e génération).

Comment ça roule

Sur la route, le Q3 se distingue d’emblée par une bonne position de conduite, mais la sellerie est plutôt ferme et les dossiers sont assez plats. Toutefois, le maintien latéral est bon. Surprenant : le silence qui règne à bord est digne du Q5 tandis que la qualité du filtrage des hautes fréquences est aussi à saluer.

Stable, le Q3 ne surprend pas en chemin. Par rapport à son devancier, la précision et la qualité du comportement évoluent forcément dans des proportions importantes. Finie la direction lourde et peu directe tout comme le sous-virage trop important en conduite dynamique. Désormais, on se trouve au volant d’un SUV qui roule comme une bonne berline même si la direction (Progressive Steering sur nos modèles d’essai) se montre artificielle et avare en retour d’information.

Côté moteur, le 1.5 TFSI a retenu notre attention même s’il faut dire que ses 150 ch ne sont pas de trop pour déplacer ce SUV vraisemblablement plus lourd que le précédent. Parce qu’il embarque une turbine à géométrie variable, on attendait un peu plus de réactivité de sa part à bas régimes, mais comme on dit, il fait le job, le tout manifestement sans trop forcer sur la bouteille d’EuroSuper puisque notre parcours de 150 km qui incluait de la montagne s’est soldé par un petit 9 l/100 km. Notons que la boîte S-Tronic à 7 rapports se montre elle aussi assez peu réactive sur les modes Comfort et Automatique qui seront les plus usités.

Budget

Le Q3 sera lancé au prix (pas tout à fait fixé encore) de 32.500 € pour le 1.5 TFSI de 150 ch. Un prix honnête si l’on compare avec un BMW X1 SDrive 18i vendu un peu plus de 31.000 €, mais moins puissant. Il va de soi qu’Audi a concentré de nombreux efforts sur la connectivité. On retrouve dès lors une interface dotée d’un écran de 10,25 pouces (ou 12,3 pouces en option) similaire à ceux des A6/A7/A8, mais privé ici de retour haptique. Les fonctionnalités sont à la page avec la présence de tous les types de connexion (USB, micro USB 3, Bluetooth, Wi-Fi) et des services en ligne tels que les infos routières, la météo, les fils d’actus.

Notre verdict

Audi nous fait totalement oublier l’ancien Q3 que l’on trouvait forcément vieillissant avec son ancienne plateforme. Le nouveau n’a plus rien à voir avec celui-là. Ni en habitabilité, ni en connectivité, ni en confort, ni en comportement routier, ni même en style, le modèle de 2018 arborant un style plus jeune et plus racé. Voilà donc un modèle parfaitement cohérent qui va jouir d’une meilleure place entre le Q2 et le Q5 et donc assurer un volume de vente sans doute supérieur aux 15% de l’ancien Q3.

Dans cet article : Audi

Rédigé par le