Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Porsche Panamera GTS : Limo pur sport

Porsche assaisonne sa Panamera à la sauce GTS ! La recette ? Un V8 biturbo de 460 ch, un châssis peaufiné pour la trajectoire et un équipement revu en conséquence. Prise de contact… sur circuit !

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

L’insigne GTS – pour Gran Turismo Sport - n’est pas neuf chez Porsche et l’on se souvient que la Panamera y avait déjà eu droit, dans sa première vie. À l’époque, la familiale de Zuffenhausen revendiquait son statut d’athlète par l’entremise d’un V8 atmosphérique de 4.8 litres donné pour 430 ch, voire 440 ch dans sa version post-facelift. La Panamera GTS d’aujourd’hui ne tombe pas dans la surenchère. En annonçant 460 ch elle se place intelligemment entre la Panamera 4S (440 ch) et la Turbo (550 ch) - dont elle reprend d’ailleurs le dernier 4 litres biturbo – et s’impose comme la familiale de la gamme la plus apte à distiller des sensations de conduite façon 911... Explications.

Ce qui change

 « La jouissance n’est pas qu’affaire de puissance » selon Porsche. Ok… mais quand le modèle envisagé accuse 5 m de long et pas loin de 2 T à la pesée ? « Que nenni » nous répond-on franco.  Et d’ajouter que les fanas de chronos records et de gomme brulée au démarrage sont déjà servi avec la Panamera Turbo ! De fait, la GTS veut séduire d’une autre manière, avec d’avantage de finesse, pour toucher en plein cœur le véritable amateur et lui hérisser les poils en permanence plutôt qu’à grands coups de frissons. Comme souvent chez Porsche, on a commencé par redéfinir le châssis. La GTS est d’office équipée de la suspension pneumatique, toujours adaptative (PASM) mais réglée sur une assiette statique plus basse (-10 mm). Pour une meilleure liaison au sol, elle est aussi posée sur des jantes de 20’’ au travers desquelles on aperçoit ses plus gros disques de frein (390 mm de diamètre à l’avant, 365 mm à l’arrière). Voilà pour le set up de base. En complément, Porsche propose toujours les 4 roues directrices (2.238,5 €), le pack Porsche Dynamic Chassis Control Sport (5.130,4 €) incluant les barres antiroulis actives et le différentiel arrière à répartition vectorielle de couple (PTV Plus) ou encore les infatigables freins carbone-céramique (9.752,6 €), de quoi rendre la machine encore plus performante sur circuit.

Comment ça roule

De fait, c’est bien sur un circuit que Porsche nous a emmenés pour nous faire prendre toute la mesure de sa limousine pur sport ! Et il ne nous a pas fallu trois virages pour comprendre ce qu’ils voulaient nous dire par « jouissance ». Comme supputé, ce n’est pas tant la poussée du V8 qui impressionne... Encore qu’avec un 0 à 100 km/h plié en à peine 4 s, on est loin de pouvoir cueillir des marguerites sur le bord de la piste ! Non, l’accélération est franche, soutenue, remarquablement linéaire s’agissant d’un moteur turbo, mais une vraie Turbo reste toujours plus percutante au niveau de la nuque. En revanche, dès qu’il s’agit de plonger à la corde, la GTS y va sans se poser de question. Se laissant diriger par l’intermédiaire d’un volant recouvert d’Alcantara (de série) qui vous ferait presque pousser des gants de pilote au bout des doigts. Certes, en bout de ligne droite, la machine a du mal à masquer son poids sur les gros freinages, mais ce n’est pas pour autant qu’elle vous embarque au-delà des trajectoires. Mieux, en la provoquant un peu, on peut même décrocher quelques déhanchements. Avouez que cela n’a rien de courant pour une limousine! Un coup de palette au volant, gaz ouvert en grand et c’est reparti pour la catapulte, jusqu’au prochain tournant ou elle nous éblouira encore…

Budget

Sous ce délicieux melting-pot de ramage marketing, Porsche commercialise aussi sa Panamera GTS en version Sport Turismo, soit avec un hayon de break, une banquette 3 places – 2 places seulement pour la Panamera « normale » - et 50 l de coffre en plus sous le cache-bagages. Malgré ses 30 kg supplémentaires, cette version ne perd quasiment rien en performance… Seule la vitesse max tombe de 292 à 289 km/h, conséquence d’un coefficient de trainée moins favorable. Enfin, si la Panamera GTS a droit au spoiler dépliable en 3 parties de la version Turbo, la Sport Turismo GTS hérite elle aussi d’un aileron piloté, un peu moins gracieux en surcouche du hayon, mais tout aussi efficace pour garantir l’appui à (très) haute vitesse. La Panamera Sport Turismo GTS est vendue 145.418 €, soit 2.904 € de plus que la Panamera GTS.

Notre verdict

Bien sûr, même en version GTS, la Panamera ne remplacera jamais une 911 – ou toute autre vraie voiture de sport - sur l’échelle de l’efficacité, de la performance et des sensations. Question de taille et de poids, forcément. Mais à chaque évolution, elle gomme méticuleusement ses lourdeurs. Et la GTS de nous en mettre plein les tripes au point de nous faire oublier sa corpulence, sa banquette, son coffre, son prix… Euh, non pas son prix, non ! Celui d’une certaine Mercedes AMG GT 4 portes en l’occurrence… Voilà qui sent bon le match !

  • Comportement dynamique impressionnant
  • V8 biturbo enthousiasmant
  • Vraies sensations de conduite et de pilotage
  • Poids (près de 2T) toujours pénalisant au freinage
  • Tarif salé
  • Encore beaucoup d’options (4 roues directrices, PTV Plus…)

Essais liés

Dans cet article : Porsche, Porsche Panamera

Rédigé par le