Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais courts / Ford Ranger et Explorer : en 4x4 avec 2,5 T sur la boule

Proposer une balade dans les bois et sur le sable avec un 4x4 moderne, automatisé, n’a plus rien de compliqué. Mais le faire en tractant un attelage de 2,5 tonnes, c’est évidemment plus excitant.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Trois pick-up Ranger, dont deux en version haut de gamme Raptor, et un SUV 7 places Explorer nous attendaient pour un essai original au Lommel Proving Ground, le complexe de pistes d’essai de Ford, dans le Limbourg. En plus de l’anneau de vitesse, des zones de test et de nombreux tronçons routiers reproduisant les revêtements d’un peu partout dans le monde, il y a des espaces pour le tout terrain. C’était notre surface de jeu pour tester les capacités d’attelage et de progression hors bitume avec, accroché à la boule d’arrimage, un attelage de 2,5 tonnes.

Ford Ranger Raptor

3 solutions AWD

Chaque modèle dispose de son système de transmission intégrale. Le plus simple à utiliser est celui de l’Explorer. Ce grand SUV hybride rechargeable combine un V6 3.0 l essence de 363 ch avec un moteur électrique placé entre le bloc thermique et la boîte automatique à 10 rapports. Cet ensemble offre une puissance combinée de 457 ch et un couple maximal de 825 Nm. Techniquement, le système 4x4 de l’Explorer fait appel à une boîte de transfert avec embrayage multidisque et entraînement par chaîne, à des différentiels avant et arrière et à un actionneur de déconnexion de l’essieu avant. La gestion de la transmission intégrale est transparente pour le conducteur en fonction du réglage sélectionné avec la molette sur la console : Normal, Piste, Neige épaisse/Sable, Glissant, Sport, Remorquage/Transport, ou Éco.

Ford Ranger

Ranger

Le Ford Ranger de base, avec son 2 litres Diesel de 170 ch, se contente du classique sélectionneur 2H (deux roues motrices), 4H ou 4L (boîte courte) ainsi qu’un bouton pour bloquer le différentiel arrière. Aucun mode de conduite ou de gestion de la traction pour lui. Contrairement au Ranger Raptor. Ce pick-up haut de gamme, disposant du 2.0 Diesel de 213 ch et 500 Nm, a droit en plus du 2H/4H/4L à un module de commande sur le volant. Il propose six profils, dont un folklorique Baja en plus des modes classiques Normal, Sport, Herbe/Gravier/Neige, Boue/Sable et Roche. Certains de ces choix ne sont possibles qu’en 4L ou 4H ou interdits en 2H. Le nombre de possibilités peut donc s’avérer complexe pour celui qui n’aura pas pris la peine de s’intéresser à tout ce système.

Ford Explorer

C’est parti

Le challenge était de taille. Il fallait s’aventurer dans des sous-bois, sur un long virage en gravier, dans un bac à sable et sur des routes sinueuses, parfois pavées, en tractant un attelage de 2,5 tonnes, quand on n’a jamais tiré de remorque de sa vie… Nous voilà donc avec un ensemble à 5 tonnes à maîtriser (ce qui nécessite un permis BE sur route ouverte).

C’est déconcertant de facilité et de simplicité avec l’Explorer en mode « Remorquage/Transport ». La prise de roulis est contrôlée par l’électronique pour éviter de voir la remorque danser. Les quelques à-coups et petits bruits liés à la rigidité du châssis ne sont guère inquiétants d’autant que les buttes, bosses, ornières, boue, gravier et sable ne sont que de petites péripéties sans la moindre conséquence sur la progression et la stabilité du convoi.

Ford Ranger Raptor

C’est tout aussi efficace avec le Ranger Raptor. Dans les descentes sur terrain gras, le contrôle est total, sans risque de voir le chargement pousser outre mesure le pick-up. Parfois, on perçoit et on entend le travail sur la motricité. Car même si cela semble facile au volant, la monture doit utiliser tous ses muscles et rouages pour réussir ces exploits. Qu’en sera-t-il avec le Ranger « de base » sans toute la panoplie électronique de ses confrères ? Là aussi, c’est presque trop facile. Il faut juste un peu plus de concentration et de dextérité en tout terrain. Ce pick-up a toutefois démontré qu’il était un utilitaire passe-partout, costaud et sans fioritures. D’ailleurs, c’est le seul qui peut tracter 3,5 tonnes.

Ford Ranger

Notre verdict

Si je n’hésite pas à mettre beaucoup de pommade sur l’Explorer et les Ranger lors de cet essai attelage, c’est que tout cela a semblé si simple. Voire monotone. La complexité des modes 4x4 du Raptor peut toutefois être source d’erreurs d’appréciations. Pour le reste, à part un légitime questionnement sur l’usure prématurée des véhicules avec un tel régime sur le long terme, en particulier pour l’Explorer, que dire de plus que « Mission réussie ».

Dans cet article : Ford, Ford Explorer , Ford Ranger