Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais blog / Que pensez-vous de la Fiat 500 3+1 ?

Rédigé par Kevin Kersemans le

Le rédacteur du Moniteur Automobile, Kevin Kersemans, a passé une semaine à effectuer ses trajets quotidiens dans une Fiat 500 électrique 3+1 avec sa petite porte arrière supplémentaire, côté passager. Qu'a-t-il aimé et qu'a-t-il regretté ?

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

C'est au début des années 2020 (encore à l'ère pré-Stellantis) que j'ai appris, lors du lancement presse de la Fiat 500 Hybrid, que la nouvelle génération de l'emblématique citadine italienne serait uniquement électrique et que la génération existante à essence resterait en production. Je me souviens avoir pensé que c'était une manoeuvre audacieuse à l'époque. Non pas que ce soit la première fois que je désapprouve une décision du constructeur turinois, mais Fiat ne mettait-il pas l'avenir du modèle en danger ?

Mais les choses peuvent changer. Entretemps, il est clair que l'avenir est (bon gré mal gré) électrique, et il s'est avéré que la décision de ne pas investir davantage dans le développement d'une version à essence pour la nouvelle génération de 500 s'est avérée judicieuse. D'autant plus que l'"ancien" modèle se vend toujours comme des petits pains, bien qu'il ait maintenant dépassé l'âge de la retraite.

Quoi qu'il en soit, bien que la 500 entièrement électrique soit sur le marché depuis plus d'un an, je n'avais pas encore eu l'occasion de la tester en personne, à l'exception d'un bref essai sur la voiture de démonstration d'un concessionnaire. Voilà qui est fait désormais. Plus agréable encore, il s'agissait d'une version 3+1. Prononcé "tre-più-uno" en italien, il s'agit d'un clin d'œil au concept-car Trepiuno présenté au Salon de Genève en 2004 et qui a reçu un accueil si enthousiaste que Fiat n'a eu d'autre choix que d'en faire un modèle de série basé sur la Panda, ce qui s'est finalement produit en 2007 sous le nom de 500.

Une grande différence par rapport à la Trepiuno originale est que le "3+1" se référait alors à la disposition de l'intérieur : du côté droit, le tableau de bord était moins profond que du côté du conducteur, de sorte que le passager avant pouvait s'asseoir plus en avant, avec pour résultat que le passager derrière avait soudainement beaucoup plus d'espace pour les jambes et pouvait monter et descendre plus facilement. Simple et ingénieux, à tel point que l'on se demande pourquoi le concept n'a pas survécu dans la version de production. Mais revenons à la 500 3+1 en 2022, où l'addition fait référence au nombre de portes : cette variante de carrosserie se distingue par une porte supplémentaire à ouverture inversée sur le flanc droit, également dans le but d'améliorer l'accès à la banquette arrière et donc la polyvalence de la 500.

Chouette

Tout d'abord, félicitations aux designers de Fiat qui ont réussi à donner à la 500 un look beaucoup plus moderne et sûr de lui, sans compromettre le caractère de l'original. Cela vaut également pour l'intérieur, où la meilleure nouvelle est que je suis incomparablement plus confortable que dans la 500 à essence. La plateforme de la nouvelle génération est toujours dérivée de celle de l'ancienne, mais elle a été profondément remaniée, avec notamment un empattement allongé de 2 cm. Cela signifie que les (nouveaux) sièges avant peuvent être positionnés différemment, ce qui, en combinaison avec la colonne de direction qui peut enfin être réglée en hauteur et en profondeur, donne une position de conduite infiniment meilleure.

Dans la "vieille" 500, j'ai l'impression d'être assis sur un trône, ce qui, selon moi, a toujours été le plus grand inconvénient de cette italienne malicieuse. Cela et les réactions parfois vives lorsque des jantes en alliage de grande taille sont placées sous le véhicule. Et c'est la prochaine bonne surprise, car malgré les jantes La Prima de 17 pouces qui équipaient ma voiture d'essai, elle se conduit beaucoup plus confortablement que la 500 à essence. En raison de l'abaissement du centre de gravité (dû au fait que les batteries sont placées dans le plancher) et de l'empattement légèrement plus long, on a moins l'impression d'être un cheval à bascule lorsqu'on passe sur un dos d'âne...

La grande différence avec l'ancienne 500 est bien sûr la propulsion entièrement électrique. Et cela fait de cette petite Fiat la parfaite citadine. La puissance de 118 ch est bien adaptée pour l'usage auquel elle est destinée dans le monde réel (peut-être pour laisser une marge pour un éventuel dérivé Abarth ?) et l'accélération est joliment linéaire (et pas exagérée comme certains VE). Le mode une pédale fonctionne bien, mais comme je n'en suis pas fan moi-même, je le laisse généralement désactivé. En termes d'autonomie, j'ai obtenu quelque chose comme 220, 230 km. Moins que les 320 km mixtes WLTP, bien sûr, mais suffisant pour une citadine - en raison de son petit coffre, la 500 n'est pas la voiture idéale pour partir en vacances dans le sud de la France, donc je ne pense pas que cet argument s'applique ici.

Ah oui, et j'oublierais aussi de mentionner la porte supplémentaire sur le côté droit de l'arrière : non seulement elle rend la 500 très spéciale, mais elle est aussi pratique. Non pas que cela en fasse soudainement une voiture familiale, bien sûr, mais cela rend la banquette arrière beaucoup plus accessible, ne serait-ce que pour y poser quelque chose ou pour attacher vos petits dans un siège enfant ou un rehausseur.

Dommage

Cette porte "+1" présente un inconvénient majeur, a fortiori en ville, car le montant C plus épais (pour compenser l'absence de montant B) et la fenêtre latérale arrière, donc beaucoup plus petite, du côté droit, gênent sérieusement la vue vers l'arrière. Méfiez-vous donc des cyclistes (cyclomoteurs) ou des e-steppers lorsque vous voulez tourner à droite dans une rue latérale en pleine circulation urbaine. Et comme on l'a dit, la porte supplémentaire est pratique, mais l'espace sur la banquette arrière reste ce qu'il est : en tant qu'adulte, on y est toujours assis, la tête contre le toit, et on peut s'y asseoir, mais de préférence uniquement pour de courts trajets.

En ce qui concerne le coffre, il s'agit avant tout d'une Fiat 500, le volume de chargement est donc limité. Bien sûr, vous le savez lorsque vous achetez une 500, mais la place occupée par le sac contenant le(s) câble(s) de recharge est tout de même assez choquante. Autre point de critique : les dossiers des sièges arrière ne sont toujours pas rembourrés du côté du coffre, ce qui les rend susceptibles d'être rayés et cabossés lorsque vous jetez négligemment des objets dans le coffre. Un peu dommage pour une voiture dont le prix dépasse les 33.000 € (la variante carrosserie classique est disponible à partir de 25.034 €, mais alors avec 95 au lieu de 118 ch et une batterie de 24 au lieu de 42 kWh).

Autres petits désagréments : la qualité audio pourrait être meilleure (mais c'est peut-être parce que je viens de passer une semaine avec une Jeep Compass qui disposait d'un système hi-fi décent) et quelques petits bugs dans l'électronique embarquée (comme l'affichage de la consommation moyenne qui, après quelques jours, n'a cessé de passer à km/kWh au lieu de kWh/100 km).

Donc

Pour de nombreuses personnes, il existe encore de nombreux obstacles - compréhensibles - au passage à la voiture électrique. Cependant, pour ceux qui conduisent principalement en ville, et/ou pour les ménages possédant plusieurs voitures, cette 500 est parfaite. L'autonomie est moins problématique et, en tant que citadine électrique, cette Fiat remplit vraiment très bien - et silencieusement - sa mission. Les inconvénients inhérents à la taille de ce hipster demeurent, bien sûr, même si les dimensions compactes ont aussi leurs avantages (comme un rayon de braquage très court). Ce qui reste aussi : la disponibilité des bornes de recharge si vous n'en avez pas vous-même, et... le prix, mais là encore, ces objections s'appliquent à tous les VE.

Dans cet article : Fiat, Fiat 500

Journaliste AutoGids/AutoWereld

Instagram: @kvnkrsmnsonwheels

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une