Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais blog / Que pensez-vous du Jeep Compass e-Hybrid ?

Rédigé par Kevin Kersemans le

Kevin, rédacteur du Moniteur Automobile, a pu conduire un Jeep Compass e-Hybrid, équipé d'un système (mild) hybride en 48 volts, pendant un peu moins d'une semaine. Qu'est-ce qu'il a aimé et qu'est-ce qu'il n'a pas aimé ?

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Cela faisait un moment que je n'avais pas conduit une Jeep, alors le test avec le Compass était quelque chose que j'attendais avec impatience. Surtout grâce au système e-Hybrid prometteur qui a été récemment introduit sur ce SUV compact. La même technologie mild-hybrid a également été introduite sur le Renegade, plus petit, mais aussi sur les Fiat Tipo et 500X et sur la toute nouvelle Alfa Romeo Tonale, qui a par ailleurs beaucoup de points communs avec ce Compass.

Aujourd'hui, la moitié FCA du groupe Stellantis n'hésite pas à apposer le logo "Hybrid" sur ses modèles. Il suffit de regarder les Fiat Panda et 500 Hybrid, dont le système hybride à 12 volts est vraiment très "doux". Toutefois, dans le cas de la Jeep Compass et des modèles mentionnés ci-dessus, la désignation e-Hybrid est beaucoup plus justifiée. Contrairement à celui des citadines italiennes, il fonctionne sur 48 volts et comprend, outre un alterno-démarreur entraîné par courroie, un moteur électrique de 15 kW qui a été intégré dans le carter de la boîte de vitesses robotisée à double embrayage à sept rapports de conception nouvelle. La particularité de ce système est que la voiture peut, dans certains cas, se déplacer de manière totalement électrique, ce qui n'est généralement pas le cas des véhicules dits MHEV ou mild hybrides. J'étais donc curieux d'en faire l'expérience en pratique...

Chouette

Le moteur à essence qui fait partie du pack e-Hybrid est un quatre cylindres 1.5 de 130 ch et cela me plaît d'emblée. Je ne suis pas un grand fan des trois cylindres. Je sais, un cylindre de moins à remplir signifie logiquement une consommation plus faible, et généralement les trois cylindres peuvent également se vanter d'un caractère exceptionnellement élastique, mais dans la plupart des cas, je n'aime pas le son et les vibrations spécifiques que ces moteurs produisent habituellement. Rien de tel dans le Compass e-Hybrid, qui est tout en douceur. Non seulement lorsqu'il se déplace électriquement (au démarrage, en manœuvrant, mais aussi parfois en roulant, sur quelques dizaines ou centaines de mètres si la petite batterie de 0,8 kWh est suffisamment chargée), mais aussi lorsque le moteur à essence est en action - à moins, bien sûr, que vous n'accélériez à fond.

Je qualifierais également le confort de conduite d'agréablement doux. Toutefois, cela ne signifie pas que le Compass se couche sur la route comme une serpillière. Au contraire : tant en ligne droite qu'en virage, il fait preuve d'une stabilité impressionnante. Il serait exagéré de dire que la voiture reste toujours parfaitement horizontale dans les virages serrés, mais l'angle de roulis reste parfaitement acceptable, et d'ailleurs : si tuer les mouvements de roulis dans l'œuf implique une suspension dure comme de la pierre, alors je sais quoi choisir quand il s'agit d'un SUV familial pour un usage quotidien. Pour moi, cela est bien compensé par l'excellent système audio dont était équipé mon Compass d'essai (un Limited), comme je l'attends d'une voiture américaine - même si le Compass est aujourd'hui construit en Italie.

En termes de performances, le Jeep Compass e-Hybrid ne manque vraiment de rien dans le monde réel. En outre, vous n'avez pas besoin de vous préoccuper des modes de conduite, car il n'y en a pas..... Pour être honnête, j'y trouve un certain soulagement, car souvent je trouve les modes de conduite disponibles (généralement Eco, Normal/Confort et Sport) trop caricaturaux et il n'y en a pas un qui réponde vraiment à mes attentes à 100 %. Sur la route, l'apport du moteur électrique est réel. La sensation est légèrement différente des autres modèles électrifiés, et n'est certainement pas désagréable - du moins tant que tout se passe bien. Autre point positif, la motricité ne pose pas de problème, bien que le Compass e-Hybrid (contrairement au 4xe hybride rechargeable) envoie la puissance de son moteur à essence et de son moteur électrique exclusivement aux roues avant - ce qui, pour certains, suffira à le faire passer pour une Jeep au rabais. Mais cette technologie hybride douce porte-t-elle enfin ses fruits ? Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à des miracles, car le Jeep Compass e-Hybrid n'est pas une hybride à part entière, mais notre moyenne de 6,6 l/100 km sur une distance d'essai d'un peu plus de 500 km dans des conditions variées ne semble pas mauvaise du tout pour un SUV compact à essence.

Dommage

Depuis son lifting, le Compass a droit au système d'infodivertissement UConnect5 de feue FCA, associé à un tableau de bord entièrement numérique. Il en va de même pour le Compass e-Hybrid. Dans ce cas, il dispose d'écrans de menu spécifiques qui indiquent le fonctionnement du système mild-hybrid et la quantité d'énergie que vous avez économisée ou récupérée (le moteur à essence peut également être coupé pendant la conduite, à faible charge bien sûr). Cependant, il n'est pas évident de s'y retrouver dans les menus, ou du moins ce ne l'était pas lors d'une courte semaine de test. Pour le tableau de bord, c'est encore pire : bien sûr, différents affichages sont possibles, mais par exemple le simple affichage du compteur journalier n'est pas évident dans certains modes d'affichage. Le pire, c'est quand on veut consulter le kilométrage total : il n'apparaît (brièvement) qu'après avoir coupé le contact - ou peut-être que je n'ai pas assez creusé.

Outre l'ergonomie numérique compliquée, les leviers de commande au volant et les boutons multifonctions au volant ont également fait tache dans ma connaissance de la Jeep Compass e-Hybrid. Je ne les trouve pas très agréables au toucher - bien qu'ils fassent leur travail. De même, la jante du volant, plutôt épaisse, qui semble un peu rembourrée, n'était pas à mon goût au début. Cela nuit un peu au retour d'information, qui n'est de toute façon pas exceptionnel (j'espère sincèrement que les ingénieurs d'Alfa ont pu trouver un moyen de contourner ce problème pour leur Tonale). Cependant, je dois admettre que vers la fin de la semaine d'essai, cela ne m'a plus dérangé et, en fin de compte, j'ai pensé que cela convenait au "caractère doux" de ce Compass.

Le plus gros inconvénient est que la coopération entre les moteurs à essence et électrique et la boîte de vitesses robotisée de mon véhicule d'essai n'était pas toujours sans heurts. Parfois, j'ai eu l'impression que le moteur électrique était poussé trop longtemps, après quoi le quatre cylindres devait prendre le relais avec une secousse désagréable. Avec un peu de doigté on apprend à apprivoiser ce phénomène à la longue. Lors du lancement du Compass e-Hybrid, notre essayeur présent sur place avait appris que le logiciel serait encore affiné. Comme ma voiture d'essai était encore immatriculée en Italie, il se peut qu'il s'agisse d'un de ces premiers exemplaires qui n'a pas encore été équipé de la dernière version. Nous devrons donc vérifier à nouveau ce point lorsque les versions "belges" arriveront.

Donc

Mis à part quelques petits désagréments, j'ai trouvé que la Jeep Compass e-Hybrid était un compagnon très agréable. Les petites secousses que j'ai parfois rencontrées (surtout après un démarrage à froid me semble-t-il) ont constitué une fausse note pour ce qui, pour le reste, s'est avéré être un SUV compact très plaisant et agréable à conduire, qui est également assez économe en carburant. Et c'est peut-être là sa plus grande réussite pour une Jeep, même si elle ne dispose pas de quatre roues motrices. Mais il fait payer cher sa marque : son prix catalogue de 38.130 € est supérieur d'un peu plus de 9.000 € à celui de son cousin technique, le Fiat 500X avec le même système de propulsion (bien que celui-ci soit moins bien équipé dans sa version de base).

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Kevin Kersemans (@kvnkrsmnsonwheels)

Dans cet article : Jeep, Jeep Compass

Journaliste AutoGids/AutoWereld

Instagram: @kvnkrsmnsonwheels

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une

Avis

Derniers avis des propriétaires