Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais blog / Qu'avons-nous pensé de la Ford Mustang Mach-E GT ?

Rédigé par Kevin Kersemans le

Ford a-t-il eu raison de décider d'associer son crossover électrique à son emblématique pony car ? Kevin Kersemans, rédacteur du Moniteur Automobile, l'a découvert en conduisant la version GT de la Mustang Mach-E pendant une semaine.

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

J'ai eu le privilège de faire connaissance très tôt avec la Ford Mustang Mach-E : en novembre 2019, j'ai pu vivre la première mondiale du modèle à l'approche du Salon de Los Angeles. Et lors d'un atelier juste avant la présentation, les journalistes présents (en tant que passagers) ont pu faire un tour dans un prototype encore camouflé de la version AWD. Pour être honnête, cela m'avait laissé une impression plutôt positive.

Bien sûr, Ford était parfaitement conscient que le lien avec la Mustang ne serait pas bien accueilli par tout le monde. Les puristes devaient encaisser un double uppercut : non seulement le nom de l'emblématique pony car était collé sur un crossover, mais il était également propulsé par un moteur électrique au lieu de l'incontournable V8 américain pur jus.

Tant lors des ateliers pour la presse que lors du grand show d'inauguration, les responsables de la marque ont tenté de convaincre tout le monde que la Mach-E était la Mustang du XXIe siècle. Et en plus : il existait enfin une voiture dans laquelle les propriétaires de Mustang pouvaient transporter toute leur famille et leur chien.

Cependant, tout le monde ne suivra pas ce raisonnement fortement teinté de marketing. Mais comment vivre avec la Mustang Mach-E, en dehors de cette controverse ? Et est-ce que le suffixe GT, et surtout les 487 ch et 860 Nm qui vont avec, lui donnent suffisamment d'arguments pour convaincre les plus intransigeants… ?

J'ai aimé

Que cela vous pose un problème ou non, il est évident que la Mach-E aurait été une voiture complètement différente si quelqu'un n'avait pas eu l'idée soudaine d'y coller le nom de Mustang et de lui en donner quelques traits. L'air de famille est indéniable. Et je ne parle pas seulement de la forme des feux arrière. Vous ne pouvez tout simplement pas ignorer le fait que la Mach-E se distingue par son affinité - parfois forcée - avec la Mustang. Elle respire le caractère, la confiance en soi et la puissance, a fortiori dans cette version GT. On ne la reconnaît pas seulement par les badges sur la carrosserie, mais aussi par exemple par la calandre noire, que je trouve personnellement plus réussie que celle peinte dans la teinte de la carrosserie des autres versions. Les jantes de 20 pouces indiquent également qu'il s'agit de la version supérieure de la gamme.

Le toit est également toujours noir dans le cas de cette GT, pour donner à la voiture l'aspect d'un coupé (-SUV). Les montants C, qui sont de la même couleur que le reste de la carrosserie, sont plus inclinés vers le bas que le toit proprement dit, qui est un peu plus haut pour ne pas compromettre la garde au toit à l'arrière. Je pense qu'il s'agit d'un trompe-l'œil particulièrement bien trouvé, car en effet : même dans cette version GT, la garde au toit reste suffisante à l'arrière. Toutefois, il ne faut pas s'asseoir trop à l'extérieur, car on risque alors de heurter le pilier incliné - pour lequel, d'ailleurs, il faut aussi pencher légèrement la tête en montant.

Quoi qu'il en soit, dans le cas de cette GT, nous devons bien sûr parler de ses performances. Et elles sont assez impressionnantes. Pour le sprint de 0 à 100 km/h, Ford annonce un temps de 3,7 s, suffisamment rapide pour vous donner des frissons lorsque vous accélérez depuis l'arrêt en mode de conduite "Untamed". Pour être clair : la Mustang Mach 1 a besoin de 4,4 s au mieux pour le même exercice, malgré son V8 essence de cinq litres et ses 460 ch... Et les montées "en régime" sont bien sûr tout aussi efficaces. On peut entendre les opposants enragés aux voitures électriques dire "On roule en électrique à la fête foraine ».

Eh bien, avec cette Mustang Mach-E GT, c'est la foire tous les jours. Cette Ford ne vous lâche pas non plus dans les virages, notamment grâce à l'efficacité de ses quatre roues motrices. Pour être honnête, le son est la seule chose qui vous manque de la "vraie" Mustang, car si vous le souhaitez, ce crossover pas vraiment léger (2273 kg) peut être très joueur.

Je n'ai pas aimé

Ford a donc fait un effort pour donner à cette Mach-E GT un peu de la maniabilité de la "vraie" Mustang... ce qui signifie aussi que malgré les quatre roues motrices, vous n'aurez pas à faire trop d'efforts pour sortir de la route. Mais tant que vous en êtes conscient, cela ne doit pas être un problème. Ce qui m'a gêné, c'est l'absorption des chocs, surtout à l'arrière. La suspension est très bonne pour limiter les mouvements de la carrosserie, mais malgré la suspension adaptative MagneRide de série sur la GT, elle peut être assez dure.

Sur une chaussée en mauvais état ou des pavés, c'est tolérable, mais en passant sur des dos d'âne par exemple, on a l'impression que tout le train arrière "tombe". Le poids de la batterie de 91 kWh, bien sûr... J'ai également été désagréablement surpris par la sensation de la direction, qui est à mon avis la plus artificielle que j'aie jamais connue. Au bord de la caricature. Mais on s'habitue à tout, et heureusement, le plaisir de conduite offert a suffi à me faire passer outre.

Un dernier point négatif : les miracles n'existent pas, il n'est donc pas surprenant que cette Mustang Mach-E GT ne soit pas le VE le plus économique que nous ayons conduit... bien que, compte tenu du potentiel de performance, ce ne soit pas si mal, surtout si l'on considère combien de litres d'essence la Mustang normale avec son V8 de cinq litres utiliserait sur la même distance : calculez environ 23 à 25 kWh/100 km avec un style de conduite "normal" à dynamique. C'est suffisant pour une autonomie réaliste de près de 400 km. Mais sachez qu'elle peut facilement monter à 30 kWh, voire plus, si vous lâchez la bride aux chevaux sauvages de l'électricité…

Donc

Je ne dirai pas si c'est un sacrilège ou non pour Ford de "détourner" le nom de la Mustang pour un crossover électrique. En tout cas, je pense que la Mustang Mach-E est une voiture très réussie dans son genre, avec son look qui sort certainement de l'ordinaire et son côté pratique au quotidien.

Quitte à être électrique, cette Ford est tout sauf une punition, et il n'est même pas nécessaire que ce soit une GT pour moi. Seule la sensation de direction, je m'attendais à mieux de la part d'un constructeur qui nous a habitué à un certain niveau de direction au fil des ans….

 

 

Dans cet article : Ford, Ford Mustang mach-e

Journaliste AutoGids/AutoWereld

Instagram: @kvnkrsmnsonwheels

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une