Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

CALCULE TAXE

Connaître dès maintenant le montant des taxes de ma nouvelle voiture privée

CALCULER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Jaguar F-Type Coupé P300 : plus séduisante que jamais

Jaguar a offert un coup de jeune à sa F-Type et en a adapté la gamme en fonction des exigences des divers marchés. C'est ainsi qu'il faut désormais renoncer au V6, ce qui creuse un fossé entre les 8 cylindres à compresseur et les versions de base à 4 cylindres turbocompressés. Mais la F-Type, même avec ce moteur a priori peu «noble», conserve beaucoup de son charme.

  • Avis Rédaction 15.99/20

Sommaire :

Il était temps que la F-Type bénéficie d’une petite cure de jouvence: hormis quelques discrètes retouches en 2017, la plus sportive des Jaguar est restée extérieurement identique à ce qu’elle était lors de sa présentation en 2013. A l’époque, c’est le cabriolet qui avait été dévoilé en premier, le coupé n’ayant suivi qu’un an plus tard. C’était la démarche inverse de celle adoptée 52 ans auparavant, lors de la présentation à Genève de la E-Type, révélée d’abord en coupé, le cabriolet étant gardé sous le coude pour une présentation à New York un mois plus tard. C’était du moins ce qui était prévu parce que, en réalité, les choses se sont passées autrement: vu l’intérêt énorme suscité par la voiture, sir William Lyons décida in extremis d’expédier également le cabriolet à Genève. Mais c’est une autre histoire.

Il existe encore une autre différence entre la F-Type et son illustre aïeule: la première est plus agréable à regarder après son restylage, contrairement à la seconde. Cet aspect plus gratifiant, la F-Type le doit à son nouvel éclairage par diodes, qui a permis l’adoption de blocs optiques beaucoup plus minces. Associés à une calandre subtilement élargie et à un bouclier redessiné, ceux-ci accentuent visuellement la largeur de l’auto. Mais les apparences sont trompeuses: les deux largeurs sont strictement identiques. Et si son nouveau capot la fait paraître plus longue, ce n’est ici aussi qu’une illusion d’optique. Ce qui précède ainsi que le fait que Jaguar n’ait pas touché aux lignes originelles du modèle, fait que l’on peut parler de restylage réussi. N’oublions pas, enfin, que les feux arrière ont été subtilement retouchéés, l’inspiration étant ici à chercher du côté d’un certain i-Pace.

  • Retouches esthétiques réussies
  • Excellent châssis
  • Chouette comportement
  • Habitabilité et confort des sièges
  • Capable d'une réelle sobriété
  • Finition soignée
  • Poids élevé
  • Coffre et espaces de rangement exigus
  • Moteur pauvre en sensations
  • Prix de base élevé
  • Consommation pouvant s'envoler
  • Pas d'affichage tête haute

Dans cet article : Jaguar, Jaguar F-Type