Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Innovation / Batterie NiSalen : la révolution russe ?

Des chercheurs de l’université de Saint-Pétersbourg ont développé une batterie polymère NiSalen. Elle se rechargerait 10 fois plus vite que les solutions lithium-ion. Et elle serait moins coûteuse !

Que ce soit pour l’électroménager ou pour l’automobile, la quête d’une batterie stable et sans surchauffe en recharge ultrarapide continue à motiver les scientifiques. Une équipe de chimistes russes (Elena Alekseeva, Tatyana Stelmashuk, Valentin Ershov et Oleg Levin), de l’université de Saint-Pétersbourg, a développé une batterie peu coûteuse, stable et à recharge ultrarapide. Après plusieurs expériences sur des polymères à base de nitroxyle, ils ont opté pour des chaînes de nickel et de salen (salicylaldéhyde et éthylènediamine).

Hivernal

En utilisant le NiSalen et des nanotubes de carbone pour la cathode avec un électrolyte à base d’acétonitrile, le métallopolymère peut stimuler la conductivité des électrons à la manière de fils moléculaires. La composition assure une grande stabilité à la batterie, y compris à des températures glaciales (80 % de la capacité initiale à -40 °C). Mais surtout, la charge peut être jusqu’à 10 fois plus rapide qu’une batterie lithium-ion, sans risque de surchauffe. En prime, les matériaux organiques souples utilisés sont moins coûteux que ceux des batteries lithium-ion, en ayant moins d’impact environnemental. Car même s’il y a du nickel dans la composition, les quantités sont bien inférieures que dans les solutions classiques actuelles.

À améliorer

Cette technologie avec le polymère Ni(CH3Salen) a encore un défaut : sa capacité. Pour l’instant, elle est inférieure de 30 % à 40 % par rapport à une batterie traditionnelle. L’équipe ne baisse cependant pas les bras pour améliorer ce point, sans altérer la vitesse de charge/décharge. Sans quoi, il sera difficile de l’intégrer dans une voiture électrique, car la compacité de la batterie (et donc le poids) est essentielle. D’autres voies sont explorées, en plus de celle de l’équipe saint-pétersbourgeoise, pour assurer à la fois une autonomie intéressante et des temps de charge courts. La science continue son petit bonhomme de chemin…

Web Editor - Specialist Advice

NEWSLETTER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.