Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réenvoyer mon mot de passe
Votre nouveau mot de passe vous a été envoyé par email.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Premiers essais

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Mazda 3 2017 : bon millésime

Rédigé par le

Prix de base
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

À mi-vie, la Mazda 3 se refait une beauté. Les retouches sont subtiles mais ciblées pour permettre au modèle d’aborder l’année à venir plus sereinement.

Concept

Lancée vers la fin de l’année 2013, la dernière Mazda 3 – en fait la 3e génération du modèle - mène une carrière honnête dans un segment de marché où les références établies depuis des lustres mènent la vie dure aux challengers. Pour 2017, les hommes d’Hiroshima n’ont pas complètement remis le modèle sur le métier, mais se sont en revanche appliqués à peaufiner quelques détails.

  • Comportement routier plaisant
  • Ensemble moteurs/boîtes convaincant
  • Position de conduite, soin des commandes
  • Bruits de vent au niveau des rétroviseurs
  • 2.2 SkyActiv-D 150 pénalisé fiscalement
  • Encombrement supérieur à la moyenne

Ce qui change

À l’extérieur, les retouches sont (très) légères avec un bouclier aux galbes renforcés, une calandre aux contours plus affirmés et de nouveaux projecteurs à diodes (adaptatifs) à l’avant. À l’arrière, les lignes plus tranchantes du pare-chocs confèrent un look plus dynamique à la voiture tandis que des rappels de clignoteurs font leur apparition sur les boitiers de rétroviseurs. Deux nouvelles teintes de carrosserie – Machine Gray et Eternal Blue – sont désormais proposées tandis que les jantes de 18’’ ont aussi été redessinées. À bord, les évolutions concernent le volant, doté de boutons repensés pour une meilleure ergonomie et d’une nouvelle jante recouverte d’un cuir plus noble, et les garnitures de portes plus qualitatives et assorties de vide-poches plus généreux. On note aussi une nouvelle console centrale plus aérée grâce à l’adoption d’un frein de stationnement électrique. Quelques équipements intéressants font aussi leur apparition comme le volant chauffant ou le nouveau système de lecture des panneaux de circulation en temps réel (tous deux de série avec la finition haut de gamme Skycruise) connecté de surcroit à un afficheur tête haute (idem).

Comment ça roule ?

En plus du G-Vectoring Control – un système électronique qui module (très) légèrement et automatiquement le couple moteur pour améliorer le confort de conduite et le comportement – installé désormais de série sur toutes les versions, le châssis de la Mazda 3 a aussi subi quelques évolutions. À l’avant, les amortisseurs ont par exemple été revus pour garantir un toucher de route plus onctueux à basse vitesse, de même que de nouveaux matériaux isolants ont été ajoutés ci et là pour renforcer le confort acoustique dans l’habitacle. De fait, les bruits de roulement sont moins perceptibles… mais ceux du vent nous ont en revanche semblés plus marqués qu’avant au niveau des rétroviseurs. Côté mécanique, on retrouve bien évidemment les derniers moteurs SKYACTIV-G et –D. Avec, en tête, les quinze-cents essence de 100 ch et Diesel de 105 ch – qu’on n’aura malheureusement pas pu tester ici – épaulés par le 2 litres SKY-G de 120 ou 165 ch et le 2.2 SKY-D de 150 ch. Enfin, si le petit levier impeccablement guidé de la boîte manuelle à 6 rapports reste ici un must pour l’amateur de conduite impliqué, on rappellera que Mazda offre toujours dans son catalogue une boîte automatique (à 6 rapports également, 1.500 €) très agréable à l’usage.

Budget/équipement

Chose rare, les prix restent maitrisés et le supplément réclamé par Mazda pour ce millésime 2017 ne dépasse pas 50€, dans le pire des cas. On notera également que la gamme semble plus étoffée qu’avant grâce aux trois finitions de base – Skymove, Skydrive et Skycruise – déclinées en plusieurs éditions – Plug, Pulse et Play – et disponibles avec (presque) tous les ensembles moteurs/boîtes.

Les concurrentes

Elles sont évidemment nombreuses dans la catégorie et certaines seront, comme la Mazda 3, rafraichies voire complètement renouvelées pour 2017. On pense ici à la VW Golf, la Seat Leon, la Hyundai i30 ou encore la Honda Civic… À noter qu’au-delà de sa plastique soignée, la moyenne d’Hiroshima reste aussi malheureusement l’une des plus encombrantes de la bande sur le pavé (4,47 m).

Notre verdict

Qu’on se le dise, la Mazda 3 2017 est un bon millésime. Sans rien perdre de ses qualités de confort ni de comportement – lequel reste toujours relativement dynamique pour la catégorie – la japonaise s’est bonifiée grâce à quelques retouches ciblées. Une évolution d’autant plus appréciable que l’augmentation de prix ne dépasse pas 50 €, dans le pire des cas.

Dans cet article : Mazda, Mazda Mazda3