Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réenvoyer mon mot de passe
Votre nouveau mot de passe vous a été envoyé par email.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Je cherche :

Et/Ou

Et/Ou

Essais détaillés

Alfa Romeo

Alfa Romeo MiTo - Essais détaillés

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120

Rédigé par le

Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #1
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #1
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #2
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #2
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #3
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #3
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #4
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #4
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #5
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #5
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #6
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #6
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #7
Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120 #7

Cette motorisation n'est plus commercialisée

Consommation mixte NC
Emission de CO2 114 g/km
0 à 100 km/h 9,90 sec.
Prix de revient au km 0,27 €

Présentée comme le premier modèle du renouveau, l'Alfa MiTo s'attaque au segment lucratif des polyalentes «premium», dominé aujourd'hui par la Mini.

Premier modèle de la relance d'Alfa, la MiTo est avant tout un pur produit de marketing chargé de défendre les couleurs du Trèfle dans le segment rémunérateur des polyvalentes huppées. Frank Stephenson, à qui l'on doit la Mini et la 500 s'est inspiré de l'Alfa 8C, pour dessiner la MiTo. Celle-ci est évidemment moins spectaculaire, puisqu'elle repose sur la plate-forme de la Grande Punto, dont elle reprend les principes d'essieux. Les metteurs au point ont opté pour quelques originalités : les amortisseurs à ressort de détente ou le DNA, un dispositif qui permet d'intervenir sur la réponse à l'accélérateur, le taux d'assistance de la direction et le seuil d'intervention de l'ESP. Du côté mécanique, l'offre se résume pour l'heure au 1.4 de 78 ch et à sa version suralimentée de 153 ch, tandis qu'en Diesel, c'est le tout nouveau 1.6 JTDM qui est de la partie dans sa définition de 120 ch.

Conduite : 136/200

Flambant neuf, le seize-cents JTDM 120 offre le meilleur couple de sa catégorie (320 Nm). De quoi procurer d'excellentes performances à la petite MiTo grâce à une boîte à 6 rapports parfaitement étagée. Reprise de la Grande Punto, l'assistance de direction est bien sûr entièrement électrique, mais elle inaugure de nouvelles fonctionnalités qui vont de pair avec l'ESP et le système DNA qui permet d'agir sur l'effort au volant. Malheureusement, tout cela ne suffit pas : la direction, bien que vive à basse vitesse, est peu communicative et, surtout, imprécise autour du point milieu.

Sécurité : 148/200

Recalibré et doté de nouvelles fonctions électroniques (régulation en courbe notamment), le freinage de la MiTo est puissant, endurant, mais aussi parfaitement facile à doser grâce à la progressivité de la pédale. Malheureusement, le comportement souffre quelque peu de l'amortissement insuffisant combiné à une direction peu précise. Bien sûr, surveillée par un ESP indéconnectable, la MiTo ne surpend pas, mais elle manque de rigueur et d'efficacité. C'est dommage. Soignée, la sécurité offre tout ce dont on peut rêver : appuie-tête actifs, Isofix, airbag de genoux, ESP...

Confort : 156/200

Si le sous-amortissement général tend à privilégier le filtrage, les amortisseurs à ressorts de détente se montrent occasionnellement brusques sur certaines déformations.Heureusement, les sièges sont excellents, à l'instar de la position de conduite. Et on saluera par ailleurs les efforts entrepris dans le domaine de l'insonorisation mécanique. Eut égard à l'encombrement, l'habitabilité n'est pas très généreuse, surtout à l'arrière, où les passagers sont gênés par l'assise trop courte de la banquette,mais aussi par la faible garde au toit. Le climatiseur automatique est optionnel.

Fonctionnalité : 128/200

Remarquablement bien dessinée, la MiTo n'est en revanche pas particulièrement pratique. Si l'accès aux places avant est facilité par les larges portières et celui vers la banquette par les sièges avant à mémoire, la visibilité périphérique souffre de l'épaisseur des montant C. Le coffre pâtit également du style original de cette petite italienne. Il présente une contenance quelconque, mais surtout un accès difficile par la faute d'un seuil haut perché. Joliment présentée, l'instrumentation est complète, mais l'équipement de base est un peu chiche pour une voiture de ce prix.

Budget : 136/200

Performant, le 1.6 Multijet est aussi sobre. On regrettera cependant que l'autonomie soit limitée par la faible contenance du réservoir (45 l). Alfa Romeo ne fait pas de cadeaux dans le domaine des garanties, mais laisse tout de même le choix d'une extension moyennant un supplément. Hormis quelques plastiques peu engageants visuellement, la finition semble correcte. Pas particulièrement donnée compte tenu de ses prestations et de son équipement, la MiTo mise surtout sur son style pour se faire une place au soleil. Et elle y parviendra certainement.

Conclusion : 704/1000

Dans la jeune catégorie des polyvalentes dites «premium», l'achat d'une automobile se résume plus qu'ailleurs à un acte irrationnel basé sur le seul critère de visibilité sur les boulevards huppés des capitales, mais certainement pas en fonction des aspects pratiques ou d'une quelconque homogénéité. C'est le cas de la MiTo qui, avec ses airs de petite 8C Competizione, en met plein la vue et possède de ce fait tous les attributs nécessaires pour s'ériger en sérieuse rivale de la Mini. Cela dit, comme celui de sa concurrente anglo-germanique, le ramage de la petite italienne n'est malheureusement pas à la hauteur de son plumage, par la faute d'un châssis peu rigoureux qui décevra les amateurs de conduite. C'est dommage - d'autant plus que le nouveau JTDM 120 est très convaincant -, mais c'est là le choix qu'il faudra faire entre deux plaisirs, celui des yeux et celui des sens.

  • Esthétique réussie
  • Présentation et ambiance intérieure
  • 1.6 JTDM agréable et silencieux
  • Consommation et performances
  • Filtrage et insonorisation globale
  • Position de conduite impeccable
  • Possibilités de personnalisation étendues
  • Comportement peu rigoureux
  • Direction imprécise
  • Accès au coffre (seuil élevé)
  • Habitacle exigu, surtout à l'arrière
  • Absence de poignées de maintien
  • Carrosserie vulnérable
  • Détails de finition
Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!

En bref

  • 15.00 sur 20
    Tenue de route

    Flambant neuf, le seize-cents JTDM 120 offre le meilleur couple de sa catégorie (320 Nm). De quoi procurer d'excellentes performances à la petite MiTo grâce à une boîte à 6 rapports parfaitement étagée. Reprise de la Grande Punto, l'assistance de direction est bien sûr entièrement électrique, mais elle inaugure de nouvelles fonctionnalités qui vont de pair avec l'ESP et le système DNA qui permet d'agir sur l'effort au volant. Malheureusement, tout cela ne suffit pas : la direction, bien que vive à basse vitesse, est peu communicative et, surtout, imprécise autour du point milieu

  • 12.00 sur 20
    Sécurité

    Recalibré et doté de nouvelles fonctions électroniques (régulation en courbe notamment), le freinage de la MiTo est puissant, endurant, mais aussi parfaitement facile à doser grâce à la progressivité de la pédale. Malheureusement, le comportement souffre quelque peu de l'amortissement insuffisant combiné à une direction peu précise. Bien sûr, surveillée par un ESP indéconnectable, la MiTo ne surpend pas, mais elle manque de rigueur et d'efficacité. C'est dommage. Soignée, la sécurité offre tout ce dont on peut rêver : appuie-tête actifs, Isofix, airbag de genoux, ESP...

  • 15.60 sur 20
    Confort

    Si le sous-amortissement général tend à privilégier le filtrage, les amortisseurs à ressorts de détente se montrent occasionnellement brusques sur certaines déformations.Heureusement, les sièges sont excellents, à l'instar de la position de conduite. Et on saluera par ailleurs les efforts entrepris dans le domaine de l'insonorisation mécanique. Eut égard à l'encombrement, l'habitabilité n'est pas très généreuse, surtout à l'arrière, où les passagers sont gênés par l'assise trop courte de la banquette,mais aussi par la faible garde au toit. Le climatiseur automatique est optionnel.

  • 12.80 sur 20
    Sens pratique

    Remarquablement bien dessinée, la MiTo n'est en revanche pas particulièrement pratique. Si l'accès aux places avant est facilité par les larges portières et celui vers la banquette par les sièges avant à mémoire, la visibilité périphérique souffre de l'épaisseur des montant C. Le coffre pâtit également du style original de cette petite italienne. Il présente une contenance quelconque, mais surtout un accès difficile par la faute d'un seuil haut perché. Joliment présentée, l'instrumentation est complète, mais l'équipement de base est un peu chiche pour une voiture de ce prix.

  • 13.60 sur 20
    Budget

    Performant, le 1.6 Multijet est aussi sobre. On regrettera cependant que l'autonomie soit limitée par la faible contenance du réservoir (45 l). Alfa Romeo ne fait pas de cadeaux dans le domaine des garanties, mais laisse tout de même le choix d'une extension moyennant un supplément. Hormis quelques plastiques peu engageants visuellement, la finition semble correcte. Pas particulièrement donnée compte tenu de ses prestations et de son équipement, la MiTo mise surtout sur son style pour se faire une place au soleil. Et elle y parviendra certainement.

Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120
14.08 sur 20
Conclusion / Alfa Romeo MiTo 1.6 JTDM 120

Dans la jeune catégorie des polyvalentes dites «premium», l'achat d'une automobile se résume plus qu'ailleurs à un acte irrationnel basé sur le seul critère de visibilité sur les boulevards huppés des capitales, mais certainement pas en fonction des aspects pratiques ou d'une quelconque homogénéité. C'est le cas de la MiTo qui, avec ses airs de petite 8C Competizione, en met plein la vue et possède de ce fait tous les attributs nécessaires pour s'ériger en sérieuse rivale de la Mini. Cela dit, comme celui de sa concurrente anglo-germanique, le ramage de la petite italienne n'est malheureusement pas à la hauteur de son plumage, par la faute d'un châssis peu rigoureux qui décevra les amateurs de conduite. C'est dommage - d'autant plus que le nouveau JTDM 120 est très convaincant -, mais c'est là le choix qu'il faudra faire entre deux plaisirs, celui des yeux et celui des sens.

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!

Dans cet article : Alfa Romeo, Alfa Romeo MiTo

Les concurrentes